Recension du livre de Suarez-Nani, Tiziana. – La matière et l’esprit. Études sur François de la Marche. –

Suarez-Nani, Tiziana. – La matière et l’esprit. Études sur François de la Marche. – 1705 Fribourg, academic press (info@paulusedition.ch), Bd. de pérolles 42,
Suisse; 75013 paris, Éditions du cerf (www.editionsducerf.fr), 24 rue des tanneries, France 2015. – 190 x 130 mm, Xvi + 477 p. – (Vestigia 41).- € 44,00.

Recension parue dans Archivum Franciscanum Historicum, Annus 109, Iulius-December 2016- Fasc. 3-4, p. 634-637.

 

Cet ouvrage expose la pensée de François de la Marche (ca. 1290-1358), telle qu’elle s’exprime principalement dans son commentaire du Livre II des Sentences de Pierre Lombard († 1160), livre consacré à la création et aux êtres créés, mais aussi à la grâce qui vient de Dieu et aux péchés qui viennent de la créature. Il s’agit, de fait, d’une série d’études publiées «dans le cadre du projet d’édition critique des Questions de François de la marche sur le iie livre des Sentences» (p. v).

 

Si, à partir de 2001, les précieux travaux de C. Schabel et de R. Friedmann ont effectivement fait connaître l’importance de François de la Marche pour cette période de l’histoire de la pensée médiévale qui va de Pierre Auriol (1280-1322) à Grégoire de Rimini (1300-58), avec ce livre, la professeure T. Suarez-Nani insiste, quant à elle, sur la parenté de ce commentaire avec nombre de questionnements initiés par Pierre de Jean Olivi, avec lesquels le franciscain italien souhaita se confronter afin d’affermir ses propres positions. Ce qui fait de François de la Marche, comme le dit l’Appendice de cet ouvrage, un «témoin de la réception de Pierre de Jean Olivi» (397).

 

Le commentaire du maître franciscain est construit sur 49 questions regroupées de façon thématique, qui reprennent le texte du Lombard de façon très sélective :

1-12 : la création, considérée aussi bien du point de vue du créateur que de l’être créé; la problématisation de leur rapport qu’engendre la détermination temporelle de l’être créé.

13-27: les anges et l’âme humaine, considérés comme créatures spirituelles ; leur statut et leur agir en tant que sujet de connaissance et de vouloir.

28-36: considérations qui portent sur la physique et la cosmologie: les éléments, la matière et les formes, le mouvement des sphères célestes.

37-49: considérations complémentaires sur le statut de l’intellect et de la volonté chez les anges et les hommes.

 

Les commentateurs des Sentences du XIVe siècle, nous le savons, ne visent plus à réaliser un commentaire intégral des Quatre livres des Sentences, comme l’avaient fait les grands maîtres du XIIIe siècle. Tirant profit du contexte philosophique et théologique de son temps, en effet, chaque auteur y cherche alors à établir ses propres positions au coeur du débat universitaire, tout en s’appuyant sur la tradition transmise par le Lombard ou encore par les commentaires antérieurs.

C’est pourquoi notre recension voudrait insister tout particulièrement sur l’excellence de la méthode développée dans chacune de ces études. méthode qui associe la clarté de l’exposition du texte de François de la Marche à l’adresse de nos contemporains, à la pertinence de la reconstruction du texte médiéval tel qu’il s’adressait aux médiévaux eux-mêmes. ce qui, d’une part, est rendu possible grâce à «l’examen de l’intertextualité qui ressort du traitement de ces questions» (421), autrement dit, de la façon dont les auteurs de ces commentaires se reprenaient les uns les autres, dans leurs sources, leurs raisonnements ou leurs conclusions. et, d’autre part, à la façon de prendre en compte la présence de la philosophie aristotélicienne au sein de ce commentaire: en considérant la pensée de notre auteur, non pas en fonction de sa conformité ou de son écart «par rapport au paradigme aristotélicien», autrement dit de façon diachronique; mais en considérant chez le maître franciscain, son «moment exégétique», à savoir «un point déterminé sur la trajectoire qui a marqué la réception de la doctrine aristotélicienne» tout au long du moyen Âge, et son «articulation interne au système de pensée» (3) de l’auteur, autrement dit de façon synchronique. méthode que nous retrouvons dans l’ensemble de l’ouvrage.

 

Nous insisterons sur la Première partie (3ss) du livre, qui concerne la matière. Il en est, en effet, de cette première partie, comme il en est des autres: si Jean Duns Scot «apparaît constamment comme terme de confrontation dans l’oeuvre de François, celui-ci porte un regard le plus souvent critique sur la doctrine scotiste et s’en démarque à maintes reprises par des positions personnelles qui s’avèrent plus radicales que celles de son maître» (421). De fait comme de droit, c’est donc bien la pensée de J. Duns Scot, qui tient le premier rang dans la réflexion de François de la Marche, puisque c’est bien souvent les synthèses déjà effectuées par le Docteur subtil qui servent de prisme à sa lecture des Sentences et de ses commentaires.

Soulignons encore un trait constant, que ces études s’efforcent de montrer, à savoir que les  positions de Pierre de Jean Olivi (397) permettent bien souvent à François de la Marche de se réapproprier le débat en question.

Ajoutons, enfin, que T. Suarez-Nani recourt parfois au Commentaire de la Métaphysique de François de la Marche pour en confirmer la doctrine.

 

Chap. 1.1-2.1.1. Avec Jean Duns Scot (7) et en opposition avec Thomas d’Aquin (4), François de la Marche détache la matière de l’indétermination qui la rend totalement relative à la forme; et, avec Pierre de Jean Olivi, «la matière est à proprement parler une identité distincte de la forme» (10). on affirmera donc que «la matière est un principe constitutif distinct de la forme» (9). La doctrine de François tient en quatre thèses:

  1. la matière première est un étant en acte (13);
  2. la matière première est nécessaire, inengendrée et incorruptible (18);
  3. la matière n’est pas un principe de corruption dans les substances matérielles (22);
  4. la matière n’est pas un principe d’individuation (25).

Thèses qui impliquent l’unité de la matière première: une unité positive en tant qu’élément du composé, une unité privative chez les individus. néanmoins, la matière ne serait être un universel in re, et reste un «étant en puissance» (29).

 

Chap. 1.2.2. On aborde ici la matière et la forme dans le composé humain. Mais il faut attendre le développement du chap. 2 pour connaître la pensée exacte de François (45). Toutefois, nous trouvons ici le paradigme – tiré de sa conception de la matière – que le maître italien va appliquer à différents objets à commencer par le composé humain, et que T. Suarez-Nani sait mettre en avant: «en effet, de même que la matière première possède une identité et une consistance propre, de même le corps humain possède une actualité et une spécificité qui en font le seul substrat apte à recevoir l’âme qui l’informe et le perfectionne» (29).

 

Chap. 1.2.3: l’âme, l’ange et la matière. Suite à un triple rejet: celui de la notion de matière spirituelle, de la thèse de la composition hylémorphique des substances incorporelles (30) et celle de l’ange-espèce (33), François de la marche affirme la simplicité de l’âme intellectuelle (30).

 

Chap. 1.2.4: la matière des cieux. le dossier trouve ici son enracinement dans le traité aristotélicien, De caelo (34) et le De substantia orbis, le commentaire qu’en donne Averroès (35); mais l’auteur s’appuie également sur son propre Commentaire de la Métaphysique (39). François affirme ici la matérialité d’un monde céleste, distinct du monde sublunaire, tout en maintenant l’unité et l’homogénéité du réel (42) et en préservant «la singularité de chaque existant» (43).

 

Une telle étude peut ainsi conclure avec force et «souligner la cohérence de cette doctrine qui articule la physique et la cosmologie (une seule matière pour tous les étants matériels) à la métaphysique (actualité, incorruptibilité, nécessité de la matière) et à l’ontologie (singularité et unité «positive» de l’individu) grâce à un concept de matière devenu le point cardinal du système philosophique du franciscain» (44).

 

Chap. 2. Matière et forme dans le composé. Sans ignorer le débat, tel qu’il avait été déjà bien engagé avec la crise averroïste du XIIIe siècle, le dossier de François, outre Duns Scot (53), est principalement constitué par les positions de Pierre de Jean Olivi (50), Pierre auriol (58), ainsi que le décret du Concile de Vienne (1311/12) selon lequel «la substance de l’âme rationnelle ou intellective est véritablement et par soi forme du corps humain» (58).

Manifestement, François de la marche reprend la position de J. Duns Scot, et s’oppose ainsi résolument à Thomas d’Aquin (62); position scotiste qu’il reprend, toutefois, dans un contexte strictement anthropologique et non théologique. Le commentateur adopte donc la solution dimorphiste: «en tout être animé, il y a une forme substantielle distincte de son âme, à savoir une forme de corporéité antérieure à l’âme intellectuelle et qui lui sert de sujet» (64).

 

Chap. 2.2.3: l’ordre des formes dans le composé humain. la volonté de François de la Marche, nous le comprenons maintenant, est de mettre en avant l’unité de l’être humain, l’unité d’un tout irréductible (70).

 

Chap. 3: intension et rémission des formes accidentelles. Suite au rappel de l’aristotélisme, T. Suarez-Nani indique également que si initialement, dès les Sentences du Lombard, cette question avait «la charité» pour objet et donc un contexte théologique, les commentaires, quant à eux, effectuèrent progressivement un déplacement vers la physique. néanmoins, le problème reste le même, à savoir celui de la latitudo formarum (75).

François se situe toujours principalement par rapport à J. Duns Scot, mais aussi ici à Henri de Gand. Le problème est le suivant : y a-t-il addition ou succession de formes (78) ? Comme de nombreux franciscains, François opte pour la théorie de l’addition (79). Mais, à l’encontre de Scot (86), il fait valoir que le processus d’intension concerne la forme tout entière (84).

Sa position tient en deux thèses (96):

  1. un nouveau degré d’intensité d’une forme constitue une entité nouvelle à part entière;
  2. la perfection d’une qualité résulte de la somme des degrés de perfections accidentelles.

 

Chap. 4: la latitudo de la forme substantielle. François de la Marche défend la thèse d’une différenciation des degrés de perfection au sein de la même forme substantielle (105), affirmant que l’âme intellectuelle est susceptible de plus et de moins (107), de même que l’intellect et les autres facultés (113). position à laquelle il faut toutefois ajouter une restriction, certainement en raison des censures de 1277 (100), à savoir que cette variation au coeur de la forme substantielle n’a lieu que suite à une intervention de la cause première, une intervention divine (115).

 

La Deuxième partie (119ss) qui concerne l’individualité des substances séparées, leur connaissance, leur langage et leur localisation, comme la Troisième partie (301ss) qui concerne les rapports de l’âme à ses facultés, la question posée par le «monopsychisme» et par l’immortalité, ces deux parties nous amènent à reconsidérer le ou les rapports de l’esprit à la matière, telle que définie durant la première partie. Enfin, l’Appendice (397ss) consacré à Pierre de Jean Olivi reprend point par point l’influence de ce dernier sur le commentaire de maître François.

 

Ce livre est une pierre d’attente. nous ignorons, en effet, encore beaucoup de choses sur François de la Marche (425), notamment pour juger précisément de son rôle historique au sein de la tradition des commentaires des Sentences. mais il s’agit d’une pierre précieuse. Car l’ouvrage de Tiziana Suarez-Nani, notamment grâce à la méthode suivie, permet de pénétrer au coeur de la pensée de ce maître franciscain. Et permettra certainement aux travaux à venir de se développer à partir de ces généreuses et efficaces études.

 

Marc Ozilou

Groupe de Recherche Pierre Lombard, Paris, France