Conférence du 19 janvier (document 2)

COMMENCEMENT DU DEUXIEME LIVRE

DES SENTENCES DE PIERRE LOMBARD

La création du monde et la formation des êtres corporels et des êtres spirituels et les nombreuses autres choses qui s’y rapportent.

Ce qui se rapporte à la connaissance du mystère de l’unité et de la trinité divine a été, bien que partiellement, examiné. Autant que nous pouvions, nous l’avons exposé avec soin. Venons-en à présent à la considération des créatures.

 

DISTINCTION I

Chapitre I (1)

  1. Il montre que le principe du monde est unique, qu’il n’y en a pas plusieurs, ainsi que certains l’ont pensé – Bède*. L’Écriture, lorsqu’elle explique la création du monde, montre que Dieu est le créateur et le commencement du temps et aussi de toutes choses, de toutes les créatures visibles ou invisibles, disant en son début : Dans le principe Dieu créa le ciel et la terre. C’est par ces mots en effet que Moïse, inspiré par l’Esprit de Dieu, rapporte que le monde a été fait en un seul principe par le Dieu créateur, réfutant l’erreur de certains qui avaient conjecturé qu’il y avait plusieurs principes sans principe.
  2. Strabon : Platon a parlé de trois principes*. Le fait est que Platon était d’avis qu’il y a trois principes initiaux, à savoir Dieu, le modèle exemplaire et la matière ; et qu’ils sont eux-mêmes incréés, sans principe, et que Dieu est en quelque sorte un artisan, et non pas un créateur.

 

Chapitre II (2)

Pour quelle raison est-il proprement appelé créateur ? Et qu’est-ce que créer ? Qu’est-ce que faire ? Un créateur est celui qui fait des choses de rien, et créer est proprement faire quelque chose de rien ; tandis que faire, ce n’est pas seulement produire quelque chose de rien, mais encore au moyen d’une matière. C’est pourquoi on dit aussi que l’homme ou l’ange fait des choses, mais non pas qu’il les crée ; et il est appelé fabriquant ou artisan, et non pas créateur. En effet, ce nom convient en propre à Dieu seul lui qui et fait certaines choses de rien, et certaines autres au moyen de quelque chose. Lui-même est donc créateur, ouvrier et fabriquant. Mais, tandis qu’il a gardé pour lui en propre le nom de création, il a aussi partagé les autres noms avec les créatures. Dans l’Écriture toutefois, on entend souvent le « créateur » comme un « fabriquant », et « créer » comme un « faire », sans établir de distinction entre leurs significations.

 

Chapitre III (3)

  1. Que ces mots, à savoir : faire, produire et ceux de ce genre, ne se disent pas de Dieu selon la définition dont ils se disent des créatures. Mais il faut savoir cependant que ces mots, à savoir : faire, créer, produire et d’autres de ce genre, ne peuvent se dire de Dieu selon la définition dont ils se disent des créatures De fait, quand nous disons qu’il fait quelque chose, nous n’entendons pas que telle ou telle activité lui soit présente lorsqu’il produit, ou telle ou telle passion lorsqu’il travaille, comme il nous arrive habituellement, mais nous signifions tel ou tel nouvel effet de sa volonté sempiternelle, c’est-à-dire que quelque chose vient nouvellement à l’existence par sa volonté éternelle.
  2. En quel sens Dieu est-il dit faire quelque chose * ? Quand donc on dit qu’il fait quelque chose, c’est comme si on disait que, selon sa volonté ou par sa volonté, arrive ou existe nouvellement quelque chose : en sorte que rien de neuf n’arrive en lui-même, mais qu’il fait telle chose nouvelle comme elle avait été dans sa volonté éternelle, sans aucune impulsion ou altération de sa part. Tandis que nous, nous disons que nous changeons lorsque nous produisons, parce que nous nous mettons en action : ce n’est pas en effet sans nous mettre en action que nous faisons quelque chose.

On dit donc que Dieu fait ou produit quelque chose, parce qu’il est la cause des choses nouvellement existantes, lorsque commencent à exister par sa volonté de nouvelles choses qui avant n’existaient pas, sans être lui-même mis en mouvement : en sorte qu’on ne peut pas à proprement parler d’un acte, étant donné que tout acte, il va sans dire, consiste en un mouvement, et qu’il n’y a aucun mouvement en Dieu.

  1. Il le montre par une comparaison*. Ainsi donc, de même qu’il arrive que certaines choses se font à cause de la chaleur du soleil, sans qu’aucune impulsion ou altération n’ait toutefois eu lieu en lui-même ou en sa chaleur, de même de nouvelles choses parviennent à l’existence à cause de la volonté de Dieu sans altération de leur auteur, lui qui est l’unique et le seul principe de toutes choses.
  2. Aristote [a parlé de] trois principes – Strabon*. Aristote, lui, a parlé de deux principes, à savoir la matière et la forme, et d’un troisième appelé « opératoire » ; il a dit aussi que le monde est et a toujours été.
  3. Il enseigne ce qui est catholique – Bède*. L’Esprit-Saint donc, pour réduire à néant leur erreur et celle de leurs semblables, et transmettre la science de la vérité, indique que Dieu a créé le monde au commencement des temps et qu’il a existé éternellement avant les temps : faisant valoir son éternité et sa toute-puissance, lui pour lequel avoir voulu, c’est faire, car, ainsi que nous l’avons dit précédemment, les choses nouvelles existent à cause de sa volonté et de sa bonté.

Augustin dans l’Enchiridion*. Nous croyons, par conséquent, que la cause des choses créées, célestes ou terrestres, visibles ou invisibles, n’est pas autre chose que la bonté du Créateur, lui qui est le Dieu un et vrai. Sa bonté est si grande que, suprêmement bon de sa propre béatitude, par laquelle il est éternellement bienheureux, il a voulu que d’autres y participent : [béatitude] qu’il vit, et pouvant être communiquée, et ne pouvant absolument pas être diminuée. Ce bien, par conséquent, qu’il était lui-même et par lequel il était bienheureux, il voulut le communiquer à d’autres par sa seule bonté, non par nécessité, car il appartenait suprêmement au bien de vouloir être utile, et à celui qui est tout-puissant de ne pas pouvoir subir de tort.

 

Chapitre IV

  1. Pour quelle raison la créature rationnelle a-t-elle été faite ? Et, parce que personne n’est en mesure, si ce n’est par l’intelligence, d’être participant de sa béatitude qui, plus elle est comprise, plus elle est pleinement possédée, Dieu a fait la créature rationnelle qui comprendrait le bien suprême, qui l’aimerait en le comprenant et le posséderait en l’aimant, et qui en jouirait en le possédant.
  2. Comment la créature rationnelle a-t-elle été différenciée ? Et il a différencié celle-ci de telle façon qu’une partie demeurerait dans sa pureté et ne serait pas unie à un corps, à savoir les anges ; qu’une [autre] partie serait jointe à un corps, à savoir les âmes. C’est ainsi que la créature rationnelle a été différenciée en incorporelle et corporelle ; la créature incorporelle s’appelle l’ange, tandis que la créature corporelle s’appelle l’homme, être composé d’une âme rationnelle et de chair. La création de la créature rationnelle a donc eu la bonté de Dieu comme première cause.
  3. Pour quelle raison l’homme ou l’ange a-t-il été créé ? Et, à cause de cela, si on demande : pour quelle raison l’homme ou l’ange a-t-il été créé ? On peut donner comme brève réponse : à cause de sa bonté. D’où Augustin dans le livre La Doctrine chrétienne : Parce que Dieu est bon, nous sommes ; et en tant que nous sommes, nous sommes bons •
  4. Pour quelle chose la créature rationnelle a-t-elle été créée ? Et si on demande : pour quelle chose la créature rationnelle a-t-elle été créée ? Il a été répondu : pour louer Dieu, pour le servir, pour jouir de lui. Choses en lesquelles celle-ci tire profit, et non pas Dieu. Dieu, en effet, parfait et plein de la bonté suprême, ne peut en être ni augmenté, ni diminué. Que la créature rationnelle a été faite par Dieu, est donc à rapporter à la bonté du Créateur et à l’utilité de la créature.
  5. Très brève réponse, quand on demande : pour quelle raison ou pour quelle chose la créature rationnelle a-t-elle été faite ? Quand donc on demande : pour quelle raison ou pour quelle chose la créature rationnelle a-t-elle été faite ? On peut très brièvement répondre : pour la bonté de Dieu et pour sa propre utilité. Il lui est, de fait, utile de servir Dieu et de jouir de lui. On dit donc que l’ange ou l’homme a été fait pour Dieu : non pas parce que le créateur, Dieu et suprêmement bienheureux, aurait eu besoin du service de l’un ou de l’autre, lui qui n’a pas besoin de nos biens ; mais afin de le servir et de jouir de celui auprès de qui servir, c’est régner. En cela, en effet, tire profit celui qui sert, et non pas celui qu’il sert.
  6. De même que l’homme a été fait, afin de servir Dieu, le monde, de même, a été fait afin de servir l’homme. Et, de même que l’homme a été fait pour Dieu, c’est-à-dire afin de le servir, le monde a été fait de la sorte pour l’homme, à savoir afin de le servir. L’homme a donc été placé au milieu, afin que celui-ci le serve et qu’il serve lui-même ; de manière à accepter ce qui en résulte de part et d’autre et que le tout revienne au bien de l’homme : et parce que le service est accepté, et parce qu’il est imposé. C’est ainsi, en effet, que Dieu a voulu être servi par l’homme. De telle sorte que, non pas Dieu, mais l’homme qui est à son service reçoive une aide de cette condition de serviteur ; et il l’a voulu de telle manière que le monde serve à l’homme, et que l’homme en reçoive semblablement une aide.
  7. Comment tout est-il à nous ? Tout le bien, par conséquent, appartenait à l’homme : ce qui a été fait pour lui et ce pour quoi lui-même a été fait.

Tout en effet, ainsi que l’affirme l’Apôtre, est à nous à savoir ce qui est supérieur, ce qui est égal et ce qui est inférieur. Certaines réalités supérieures sont à nous pour en jouir, comme le Dieu Trinité ; celles qui nous sont égales, sont à nous pour vivre avec, à savoir les anges qui, même s’ils nous sont supérieurs aujourd’hui, nous seront égaux dans le futur ; et celles qui aujourd’hui sont à nous, car elles sont à notre usage, de même qu’on dit que les biens des seigneurs appartiennent aux serviteurs, non pas au titre d’une propriété, mais parce qu’ils sont à leur usage. Et, dans certains passages de l’Écriture, on dit que ces anges eux-mêmes nous servent, quand ils sont envoyés pour nous en service.

 

Chapitre V (5)

Comment, dans l’Écriture, dit-on parfois que l’homme a été fait pour la réparation de la chute des anges ? À propos de l’homme aussi, dans l’Écriture, on trouve parfois qu’il a été fait, semble-t-il, pour la réparation de la ruine angélique. Ce qu’il ne faut pas du tout comprendre comme si l’homme n’aurait pas été fait si l’ange n’avait pas péché ; mais parce que, parmi d’autres causes particulières, celle-ci en était aussi une. Sont à nous, par conséquent, les réalités qui nous sont supérieures et égales ; sont à nous encore les réalités inférieures qui, elles, sont faites pour nous servir.

 

Chapitre VI (6)

  1. Pour quelle raison l’âme a-t-elle été unie à un corps ? Il convient encore habituellement de chercher, étant donné que l’âme semblerait être d’une plus grande dignité si elle était demeurée sans corps, pourquoi elle est unie à un corps ?
  2. À quoi on peut dire en premier : parce que Dieu l’a voulu, et qu’il n’y a pas à rechercher la cause de sa volonté•
  3. Mais on peut dire, deuxièmement, que Dieu a voulu que celle-ci soit unie à un corps pour montrer dans la condition humaine un nouvel exemple de l’union bienheureuse qui existe entre Dieu et l’esprit, en laquelle il est aimé de tout cœur et est vu face à face. Car la créature pourrait penser ne pas pouvoir être unie d’une si grande proximité à son Créateur qu’elle l’aimerait et le connaîtrait de toute son âme, si elle ne voyait l’esprit qui est la créature la plus excellente, être uni dans un si grand amour à une créature aussi basse, c’est-à-dire à la chair qui vient de la terre ; [amour si grand] qu’il n’est pas possible qu’il y soit emprisonné de manière à vouloir ensuite la laisser derrière lui, comme l’Apôtre le montre lorsqu’il dit : Nous ne voulons pas être dépouillés de notre corps, mais revêtus par-dessus : par quoi il montre que l’esprit créé est uni à l’Esprit incréé d’un amour ineffable.
  4. C’est par conséquent à titre d’exemple de l’association future entre Dieu et l’esprit rationnel, qui devait s’achever dans la glorification de celui-ci, qu’il a joint l’âme à des vêtements de chair et à des demeures formées de terre, et qu’il a préparé la matière argileuse à l’animation de la vie sensible : afin que l’homme sache que, si Dieu pouvait lier dans une unique alliance et dans une si grande amitié les natures si différentes du corps et de l’âme, il ne lui serait nullement impossible d’élever l’humilité de la créature rationnelle, bien que de loin inférieure, à la participation de sa propre gloire.

Parce que l’esprit rationnel a donc, à titre d’exemple, été en partie humilié jusqu’à partager le sort d’un corps formé de terre, afin peut-être qu’il ne semble pas en cela par trop abaissé, la providence de Dieu a ajouté qu’il serait par la suite élevé à partager avec le même corps glorifié le sort de ceux qui avaient persévéré dans leur pureté : vu qu’il avait lors de sa création moins reçu de la volonté de son Créateur, il recevrait par la suite d’en être glorifié par sa grâce. Ainsi donc le Dieu créateur, répartissant de façon variée les esprits rationnels à proportion de l’arbitrage de sa volonté, établit une demeure en haut dans le ciel pour ceux qu’il avait laissés en leur pureté, tandis que, pour ceux qu’il avait associés à des corps formés de terre, il établissait une habitation en bas sur la terre ; proposant aux uns et aux autres une règle d’obéissance, afin que, de là où ils étaient, les uns ne tombent pas, et que, de là où ils étaient, les autres montent là où ils n’étaient pas. C’est pourquoi Dieu a fait l’homme d’une double substance, façonnant le corps de la terre, tandis qu’il faisait l’âme de rien.

  1. Les âmes sont aussi unies à des corps pour la raison que, servant Dieu en eux, elles méritent une plus grande couronne.
  2. Après le mystère de la Trinité, il s’agit de traiter de la créature tripartite, et d’abord de la plus digne, c’est-à-dire de la créature angélique. De ce qui précède, il apparaît que la créature rationnelle a été différenciée en angélique et en humaine, dont l’une d’entre elles est tout entière spirituelle, c’est-à-dire la créature angélique, l’autre en partie spirituelle, en partie corporelle, c’est-à-dire la créature humaine. C’est pourquoi, comme il faut traiter de ces choses, à savoir de la créature spirituelle et de la créature corporelle, de la créature rationnelle et de la créature non rationnelle, faisons en sorte de devoir traiter en premier lieu de la créature rationnelle et spirituelle, c’est-à-dire des anges. De façon que notre raison passe de la contemplation du Créateur à la connaissance de la créature la plus digne ; qu’elle descende ensuite à la considération de la créature corporelle, tant de celle qui est rationnelle que de celle qui n’est pas rationnelle, si bien que l’enseignement sur la créature tripartite fasse suite au mystère de la Trinité incréée et à celui-ci l’enseignement sur les réalités concrètes et contingentes.