Réduction de l’objet au sujet chez Maître Eckhart

La mystique dialectique

comme réduction de l’objet au sujet chez Maître Eckhart

La problématique de la mystique dialectique tend à réduire l’objet au sujet. D’une façon tout à fait contraire à la problématique monadologique, elle consacre le perspectivisme du sujet : son point de départ est une axiomatisation, par laquelle le paradigme logique du sujet devient la mesure de l’objet ; son développement est une dialectique. Celle-ci permet certes au sujet de dépasser son point de départ, mais non pas son point de vue, puisque la position du sujet se ramène finalement toujours à une des articulations possibles de son axiomatisation ; son point d’arrivée, qui se présente souvent comme le couronnement de la voie philosophique, expose non pas l’union du sujet à l’objet, mais celle de l’objet au sujet. Comme pour les sciences humaines, il s’agit d’une forme globale de pensée qui n’est pas attachée à un auteur ou à une école.

Nous pouvons toutefois mentionner certains cas significatifs comme celui de Maître Eckhart. Voir, par exemple, la présentation que fait A. de Libera de l’Opus propositionum (Maître Eckhart et la mystique rhénane, Paris, Le cerf, 1999, p. 55ss). L’axiomatisation eckhartienne de la théologie, en raison même de ses développements dialectiques (p. 57ss), aboutit à « une œuvre de nature métalogique ou métathéorique » (p. 61). Ce qui, selon nous, implique une réduction de l’objet au sujet, puisque le paradigme logique du sujet devient la mesure du rapport sujet/objet. De plus, comme ce paradigme logique doit trouver confirmation à son propre développement – il ne peut pas en effet le trouver en lui-même -, il le trouve dans la mystique, à savoir dans une certaine pratique envers l’objet. Or, en raison d’un tel fondement axiomatique, la mystique ne peut être qu’une axiologie, à savoir la validation de la vérité axiomatique présupposée. Dans une telle situation, l’expérience spirituelle peut certes extérieurement justifier de son droit, mais elle peinera toujours intérieurement pour libérer la réalité oscillante d’un sujet projeté entre les affirmations de l’hypothèse paradigmatique et les négations de l’hypothèque dialectique. D’où la solution habituellement adoptée par ce genre de démarche : le sujet n’est pas, le sujet n’est pas autre chose que l’objet. Comprenons : le sujet n’est pas, puisqu’il n’est qu’un pôle dialectique ; le sujet n’est pas autre chose que l’objet, puisque c’est lui qui fixe paradigmatiquement la position de l’objet.

De même, voir le texte de Maître Eckhart cité par A. de Libera (La philosophie médiévale, p. 401) : « il faut savoir que quand l’esprit demeure dans un vrai détachement, il contraint Dieu à venir vers son propre être …». Comprenons que cette contrainte est tout autant mystique que logique et que la mystique reste soumise à la logique, puisque Dieu y est présenté comme soumis à la dialectique de la pensée. Mais ce que Maître Eckhart dit ici à propos du détachement, sommet de la vie mystique, se retrouve dès la première proposition de l’Opus propositionum : «Esse est Deus» (Maître Eckhart et la mystique rhénane, p. 57) qui, ainsi formulée, se proposait déjà de réduire l’objet au sujet.