LECTURE ARCHEOLOGIQUE DU PROEME DU COMMENTAIRE DES SENTENCES DE BONAVENTURE (XIII)

[357] a7. Témoignage et répétition : la remise en cause des témoins.

La validité de la prise de parole dans un témoignage se mesure à son caractère de répétition [319]. Or, ce caractère est en crise dans les témoignages de Job et de Salomon. Job a reconnu la nécessité de la perscrutatio [355] et Salomon en a appelé à la sagesse [356], mais tous les deux ont buté, chacun à leur manière, sur les limites inhérentes à une subjectivation qui a vu se dérober l’assise archéologique de son témoignage [353]. Job veut affirmer son point de vue, l’adresse à un personnage conceptuel lui permet de partager cette revendication, mais il ne sait pas en développer la perspective. S’il sait «trouver le lieu» du discours, il ne sait pas y «prendre la parole». Salomon, lui, tente bien de développer sa perspective. Mais, faute de point de vue ou faute de savoir l’enraciner, un tel point de vue n’est qu’un point de fuite. S’il sait «prendre la parole» et s’apprête à «tenir un discours», il doit reconnaître qu’il n’a pas su en «trouver le lieu». Bien plus, qu’il l’a perdu. Autrement dit, pour l’un comme pour l’autre, si leur témoignage peut être reçu selon leur autorité respective [350], leur caractère de répétition se trouve brouillé. En effet, Job comme Salomon n’ont pas reconnu les dimensions propres à la sagesse, vers laquelle pourtant ils s’étaient tous les deux tournés (86. 90), afin d’affermir leur subjectivation. D’où la crise inhérente à leur subjectivation respective : Job, à partir du lien au personnage conceptuel, ne parvient pas à dégager le soi de la répétition [350]. D’où sa difficulté à pouvoir s’affirmer dans sa subjectivation, dans la mesure où échoue son exégèse du soi de la répétition [349] ; Salomon, lui, faute de relation au personnage conceptuel, ne parvient pas à maintenir sa deuxième répétition [349-350]. D’où sa difficulté à maintenir le pli de la subjectivation, dans la mesure où échoue son exégèse de la seconde répétition [349].

 

[358] a8. Répétition et réduction : le témoignage bonaventurien.

Malgré ces limites, Bonaventure s’approprie néanmoins la parole de ces deux témoins. Pour cela, il doit dans un premier temps rassembler leurs perspectives encore disjointes. La perspective de Job est celle-ci : dans son débat avec les sages, en tentant de faire valoir son point de vue personnel, Job a été amené à reprendre, quoique dans une certaine obscurité, la revendication du personnage conceptuel à une subjectivation propre [311]. En ce sens, Job a fait de sa revendication une deuxième répétition [354], ayant compris pour le moins que la sagesse ne peut être saisie que dans sa répétition [355]. Tel est le lieu revendiqué par son discours [353]. La perspective de Salomon, elle, est la suivante : en se présentant lui-même comme un sage, Salomon a fait de sa prise de parole une attestation de la sagesse [356]. Ce qui l’a conduit à situer la subjectivation dans un certain rapport à la sagesse et à déterminer pour le moins son appel à la sagesse comme un discours de réduction [356]. Telle est la vérité de sa prise de parole [353].

Réunir répétition et réduction, telle est la tâche de la subjectivation recherchée par le sujet-auteur bonaventurien, afin de pouvoir s’affirmer dans son discours. S’il revient à la tenue du discours de conjoindre lieu du discours et prise de parole, revendication et attestation, justice et vérité, il appartient au jugement, troisième élément constitutif du témoignage [295 ; 353], de mesurer la répétition et la réduction et leur rapport. S’affirmer dans la tenue de son discours [297] comme sujet-auteur [348], selon une subjectivation rhétorique qui lui est propre [297] et le distingue de tout autre [327], revient ainsi pour Bonaventure à affirmer son jugement sur le débat en question [311]. Toutefois il ne peut le faire, après s’être mis en relation immédiate avec le personnage conceptuel, qu’avec la réévaluation de la deuxième répétition et du soi de la répétition, là où Job et Salomon faillirent [357].