GRPL : Séance du 11 février : Les prologues de Thomas d’Aquin et de Pierre Lombard : Jean Christophe de Nadaï

Le prologue au Super libros sententiarum de saint Thomas

rapporté au prologue aux Sentences de Pierre Lombard

Quand saint Thomas commente le prologue des Sentences de Pierre Lombard, avant d’entrer dans le détail du texte, il en relève l’intention rhétorique comme présidant à tout le propos. Aussi le rapport entre l’auteur et son lecteur éventuel constitue-t-il la clef de son intelligence.

Huic operi Magister prooemium praemittit, in quo tria facit. Primo reddit auditorem benevolum; secundo docilem, ibi, horum igitur Deo odibilem Ecclesiam evertere, atque ora oppilare (…) volentes, in labore multo ac sudore volumen, Deo praestante, compegimus; tertio attentum, ibi, non ergo debet hic labor cuiquam pigro vel multum docto videri superfluus.

Le maître fait précéder son ouvrage d’un prologue, où il fait trois choses. D’abord, il rend son auditeur attentif ; puis docile […] ; troisièmement attentif…

Il semble même que le plan du prologue soit le déploiement des trois étapes de cette sorte de stratégie. Saint Thomas vérifie en quelque sorte l’exacte application que le Lombard fait des règles naturelles de l’art rhétorique de l’exorde, telles que les a dégagées une longue tradition inaugurée par Aristote, recueillie par Cicéron puis par Isidore de Séville. Nous trouvons ainsi au De inventione de Cicéron :

Exordium est oratio animum auditoris idonee comparans ad reliquam dictionem : quod eueniet si eum benivolum, attentum, docilem confecerit (I xv 20)

L’exorde est un discours qui dispose l’esprit de manière convenable à ouïr la suite : il atteint son objet s’il le rend bienveillant, attentif et docile.

On remarque que l’ordre distingué par saint Thomas n’est pas celui de Cicéron, mais celui que propose Isidore de Séville : ut beniuolum, docilem uel attentum auditorem faciamus (Etym. II, vii, 1-2)[1].

 

De fait, l’analyse du style du prologue du Lombard nous y fait vérifier le primat de la rhétorique. Quelle que soit la dévotion profonde de l’homme, le fait est que cette sincérité devient l’élément d’un éthos rhétorique, par quoi l’orateur se fait d’emblée bien venir de l’auditeur par sa modestie, en confessant son indigence et en n’attendant que de Dieu le secours (point 1). Du reste, le zèle de Dieu, ainsi rapporté à Dieu même, l’a emporté dans la balance en faveur de l’œuvre entreprise et à présent achevée (point 2). Cette œuvre, il ne l’a d’ailleurs pas entreprise de soi-même, mais sur les instances de ses frères. Encore, pour produire cet aveu, se couvre-t-il de l’autorité d’une citation de saint Augustin.

Ces précautions prises, il peut sans peine recommander son œuvre et même vanter son propre mérite, si le mérite se mesure à l’effort : in labore multo ac sudore uolumen Deo praestante compegimus (point 4).

Outre l’ethos, on trouve dans ce texte un pathos rhétorique, celui de la crainte, dans le sentiment que l’Eglise est menacée par des doctrines pernicieuses. Le zèle pour la foi est indistinct d’un zèle à combattre l’erreur avec vigueur. En témoignent les images martiales, comme Davidicae turris clypeis au point 2. Pour reprendre les analyses du P. Antoine Gauthier dans sa préface au Commentaire du de anima d’Aristote par saint Thomas, le Lombard se montre un sage, en ce qu’il expose tout ensemble la doctrine chrétienne et convainc d’erreur les doctrines hérétiques. L’ethos de la modestie se double à ce propos de celui du courage, puisque, avec citation d’Hilaire à l’appui, il dit savoir qu’il s’expose ainsi « à la calomnie et à l’opposition des jaloux » (début du point 3).

 

Il nous semble cependant que ce serait ne pas rendre justice au prologue et, à travers lui, à toute l’œuvre des sentences, que de le réduire à une stratégie toute rhétorique. Car la rhétorique et la stratégie sont des moyens au service d’une fin qui ne consiste pas à vanter l’œuvre d’un auteur, mais qui réside dans la mise en présence d’une vérité qui, n’étant de à personne, est pour se donner à tous.

Le combat du Lombard est précisément dirigé contre ceux qui voudraient s’approprier la vérité en l’assujettissant à leurs passions, et couvrir du manteau du vrai ce qui ne relève que de leur bon plaisir.

Quia dissentientibus voluntatum motibus, dissentiens quoque fit animorum sensus, ut cum omne dictum veri ratione perfectum sit, tamen dum aliud aliis aut videtur aut complacet, veritati vel non intellectae vel offendenti impietatis error obnitatur…

Car des dissensions des volontés naît aussi le dissentiment des esprits. [Là je m’écarte de la traduction proposée], de sorte qu’alors que toute parole de vérité est parfaite en raison, cependant, vu qu’elle paraît ou plaît différemment aux uns et aux autres, la vérité mal comprise ou qui heurte fournit matière à l’erreur de l’impiété… (point 3).

La difficulté vient donc de ce que le vrai se disant (dictum veri), il s’expose à être interprété selon une herméneutique qui n’a d’autre ressort que les passions humaines. Comment faire ? Faudra-t-il éléver d’autres principes d’interprétation ? Non pas : il suffit de manifester le vrai qui se soutient de soi-même, par sa seule autorité, selon le Lombard. La compilation d’autorités : brevi volumine complicans Patrum sententias (point 4), qui fait le fond de son ouvrage, n’est en rien une œuvre servile : elle est celle que recommande la vérité même :

… « fidem nostram adversus errores carnalium atque animalium hominum » Davidicae turris clypeis munire vel potius munitam ostendere…

… équiper « notre foi » des boucliers de la tour de David ou plutôt de montrer qu’elle en est équipée « contre les erreurs des hommes charnels et  sans intelligence »… (point 2)

 

Ce qui frappe ainsi le lecteur du prologue des Sentences, c’est son allure animée et polémique, sur le fond d’une querelle contemporaine qui a été une des occasions décisives de cette prise de parole rhétorique. Mais la parole rhétorique ne s’élève aujourd’hui que pour bientôt se taire devant le dictum veri, et une matière ex testimoniis veritatis in aeternum fundatis. On n’aspire qu’à s’abstraire du présent pour manifester l’éternité qui se manifeste dans l’antiquité des sentences des Pères.

 

Il nous semble qu’avec un style tout différent donné à son prologue, saint Thomas est parfaitement fidèle à l’esprit qui se dégage de celui du Lombard. On donnera ici une brève analyse stylistique qui complètera celle donnée par le P. Adriano Oliva dans son ouvrage cité, p. 269-271)

Tout, donc, oppose matériellement les deux discours. On chercherait en vain une marque d’oralité de l’auteur, un « nous » de l’écrivain, comme dans le Lombard. Il n’y a guère que le Flumina ista intelligo. Les formules au passif concluant l’exposé de chacun des mystères qui forment la matière des quatre livres sont significatives de ce retrait et, pour ainsi dire, du congé donné à la rhétorique : Et in hoc tangitur materia primi libri ; Et in hoc notatur materia secundi libri, etc.

On s’avise d’emblée que si l’orateur se tait lui-même, c’est pour que seule se fasse entendre la Sagesse éternelle. Le prologue commence bien par une première personne, mais ce n’est pas celle de l’auteur : Ego sapientia. La parole de Dieu est citée dès l’abord, plutôt qu’enchâssée dans le discours, comme elle l’était chez le Lombard. Par là, s’il y a prologue, il ne relève plus à proprement parler de l’oratio : il quitte le domaine de la rhétorique. Il est vrai que déjà chez le Lombard, l’oratio tendait à se confondre avec les sententiae de l’Ecriture et des Pères dont elle était entièrement tissue. Ici aussi on trouve encore des sententiae, comme Thomas l’indique lui-même : Inter multas sententias quae a diversis de sapientia prodierunt, quid scilicet esset vera sapientia, unam singulariter firmam et veram apostolus protulit dicens… Mais il en est surtout qui sont données comme sorties de la personne même de la Sagesse, identique au Fils unique : Recte ergo dicitur ex persona filii : ego sapientia effudi flumina ; Recte ergo dicitur ex persona filii : ego quasi trames aquae immensae de fluvio ; Recte ergo ex ipsius filii persona dicitur : ego quasi fluvius Dorix, et sicut aquaeductus exivi de Paradiso. L’usage du passif dicitur est ici très remarquable et singulier : il est proche, en vérité, du passif divin biblique. Et l’on ne saurait mieux indiquer que par cet ablatif précédé de ex que c’est la sagesse elle-même qu’on manifeste être à l’origine de la parole qui parvient aux humains dans ce prologue.

Ainsi semble-t-il que toute l’œuvre du théologien consiste à mettre son destinataire en présence de ce dictum veri que le Lombard tâchait lui aussi de manifester en le dégageant des interprétations dont l’ont couvert les passions des hérésiarques. Simplement, cette même intention est stylistiquement plus aboutie chez Thomas, par ce congé d’emblée donné à toute rhétorique en faveur d’une mise en présence quasi poétique, à travers les citations de la littérature de sagesse, avec la Sagesse éternelle elle-même, présentée sous la figure d’une eau principielle.

 

[1] sur ces références, cf. Adriano Oliva, Les débuts de l’enseignement de Thomas d’Aquin et sa conception de la sacra doctrina, avec l’édition du prologue de son commentaire des Sentences, Paris, Vrin, « Bibliothèque thomiste » LVIII, 2006, p. 232, n. 2-3.