Traduction de travail (Michel Caille) de la séance du 19 novembre (IV)

REPONSE
Conclusio. Dicendum quod ponere mundum aeternum esse sive aeternaliter productum, ponendo (5) res omnes ex nihilo productas, omnino est contra 22b veritatem et rationem, sicut ultima ratio probat ; et adeo contra rationem, ut nullum philosophorum quantumcumque parvi intellectus crediderim hoc posuisse. Hoc enim implicat in se manifestam contradictionem. Ponere autem mundum aeternum, praesupposita aeternitate materiae, rationabile videtur et intelligibile, et hoc duplici exemplo. Egressus enim rerum mundanarum a Deo est per modum vestigii. Unde si pes esset aeternus, et pulvis, in quo formatur vestigium, esset aeternus ; nihil prohiberet intelligere, vestigium pedi esse coaeternum, et tamen a pede esset vestigium (6). Per hunc modum, si materia sive principium potentiale esse coaeternum auctori, quid prohibet ipsum vestigium esse aeternum ? immo videtur congruum. Rursus aliud exemplum rationabile (7). Creatura enim procedit a Deo ut umbra, Filius procedit ut splendor; sed quam cito est lux, statim est splendor, et statim est umbra, si sit corpus opacum ei obiectum. Si ergo materia coaeterna est auctori tanquam opacum (8) ; sicut rationabile est ponere Filium, qui est splendor Patris, coaeternum: ita rationabile videtur creaturas sive mundum, qui est umbra summae lucis, esse aeternum. Et magis rationabile est quam suum oppositum, scilicet quod materia fuerit aeternaliter imperfecta, sine forma vel divina influentia, sicut posuerunt quidam philosophorum; et adeo rationabilius, ut etiam ille excellentior inter philosophos, Aristoteles, secundum quod Sancti imponunt, et commentatores exponunt, et verba eis praetendunt, in hunc errorem dilapsus fuerit (9).
Il faut dire que poser un monde qui est éternel ou éternellement produit, en soutenant que toutes les choses sont produites du néant, est tout à fait contraire 22b à la vérité et à la raison, comme la dernière raison le prouve ; et, à ce point contraire à la raison, qu’aucun des philosophes, quel que soit son peu de compréhension, ne l’a jamais soutenu, je crois. Cela implique en soi, en effet, une contradiction manifeste (29). D’une part, poser un monde éternel, étant supposé l’éternité de la matière, semble rationnel et intelligible, et cela d’après un double exemple. La sortie de Dieu des choses de ce monde a lieu, en effet, à la manière d’un vestige. Ainsi : si un pied était éternel, et que la poussière, en laquelle se forme le vestige, était éternelle ; rien n’empêcherait de penser un vestige coéternel au pied, et néanmoins que le vestige venait du pied (30). Si la matière ou le principe potentiel était, de cette manière, coéternel au créateur, qu’est-ce qui empêcherait le vestige lui-même d’être éternel ? Au contraire, cela semble cohérent. De plus, il y un autre exemple rationnel (31). La créature procède de Dieu, en effet, comme ombre, le Fils procède comme splendeur ; or, aussitôt qu’il y a lumière, aussitôt y a-t-il splendeur ; et aussitôt y a-t-il ombre, si un corps opaque lui est opposé. Donc : si la matière est coéternelle au créateur comme un corps opaque ; tout comme il est raisonnable de poser que le Fils, lui qui est la splendeur du Père, est coéternel, de même, semble-t-il raisonnable de poser que les créatures ou le monde, qui sont l’ombre de la lumière suprême, sont éternels. Et ceci est plus raisonnable que son opposé, à savoir que la matière ait été éternellement imparfaite, sans forme ou influence divine, comme l’ont soutenu certains philosophes ; et, c’est à ce point des plus raisonnables, que même le plus excellent parmi les philosophes, Aristote, selon l’imputation des Saints, l’exposition des commentateurs et la prétention de leurs
paroles, tomba dans cette erreur (32).

(29) 5 Ce texte est cité par P. Robert, L’hylémorphisme…, p. 118, n. 29
(30) 6 “Supposez expliquent-ils, qu’un pied ait été de toute éternité imprimé dans la poussière, sous ce pied toujours l’empreinte demeurerait : personne pourtant ne doutera qu’elle ne soit l’effet de celui qui pose le pied ; et l’un ne serait pas avant l’autre, bien que l’un soit l’effet de l’autre. De même concluent-ils, le monde et les dieux créés dans le monde ont toujours existé, comme a toujours existé leur Auteur ; et pourtant ils ont été faits.” Augustin, La Cité de Dieu, X, 31 (éd. BA 34, Paris, DDB, 1959, p. 545).
(31) 7 Voir ce que Bonaventure enseigne sur la différence qu’il y a entre une ombre, un vestige et une image : I Sent. 3. 1, a. uniq. q. 2, ad 4 (1, 72a-73b ; trad. M. Ozilou, Questions sur Dieu, Paris, PUF, 2002, p. 76-77).Cet exemple fait allusion à He 1, 3 : Lui qui étant la splendeur de sa gloire
(32) Cf. La question précédente. Aristote, Du ciel, III, 2, Mouvements naturels. Pesanteur et légèreté, 330a20-301b9 (éd. P. Moraux, Paris, Les belles lettres, 1965, p. 109-115), où il cite l’opinion de Platon dans le Timée, 30a, c’est-à-dire que les éléments se mouvaient de manière désordonnée avant que le monde ne fût fait (p. 111). Augustin affirme la même chose dans La Cité de Dieu, X, 31 et XII, 12 (éd. BA 34, Paris, DDB, 1959, p. 543- 547 et éd. BA 35, Paris, DDB, 1959, p. 185-187).

 

Quidam tamen moderni dicunt Philosophum 23a nequaquam illud sensisse nec intendisse probare, quod mundus omnino non coeperit, sed quod non coeperit naturali motu (1). Quod horum magis verum sit, ego nescio ; hoc unum scio, quod si posuit, mundum non incepisse secundum naturam, verum posuit, et rationes eius sumtae a motu et tempore sunt efficaces. Si autem hoc sensit, quod nullo modo coeperit; manifeste erravit, sicut pluribus rationibus ostensum est supra (2). Et necesse fuit, eum ad vitandam contradictionem ponere, aut mundum non esse factum, aut non esse factum ex nihilo. Ad vitandum autem infinitatem actualem necesse fuit ponere aut animae rationalis corruptionem, aut unitatem, aut circulationem; et ita auferre beatitudinem3. Unde iste error et malum habet initium et pessimum habet finem.

Cependant certains modernes disent que le Philosophe 23a n’a jamais pensé cela ni eut l’intention de prouver que le monde n’a absolument pas connu de commencement, mais qu’il n’a pas commencé par un mouvement naturel (33). Quel est le plus vrai de tout ceci, moi, je l’ignore ; je sais une chose, c’est que s’il a posé que le monde n’a pas commencé selon la nature, il a soutenu ce qui est vrai, et ses raisons qu’il a tirées du mouvement et du temps sont fortes. Mais, s’il a pensé qu’il n’a d’aucune manière connu de commencement, il s’est manifestement trompé, comme plusieurs raisons l’ont montré plus haut. Il lui était nécessaire, pour éviter une contradiction, de poser soit que le monde n’a pas été fait, soit qu’il n’a pas été fait du néant. D’autre part, pour éviter une infinité en acte, il était nécessaire de soutenir la corruption de l’âme rationnelle, ou son unité, ou son mouvement circulaire ; et ainsi faire disparaître la béatitude (34). C’est pourquoi cette erreur a et un mauvais début et une fin bien pire.

Notes de la p. 23.
(33) 1 C’est-à-dire une génération, ce qui suppose un sujet et soit accompli dans le temps.

(34) 3 Cf. Augustin, La Cité de Dieu, X, 30 ; XI, 4, 2 ; XII, 20 (éd. BA 34, Paris, DDB, 1959, p. 539-543 ; éd. BA 35, Paris, DDB, 1959, p. 41-45 et p. 217-219).