Traduction de travail de la séance du 19 novembre (II)

3. Similiter ratio sumitur ostensiva a tempore sic (3) : omne quod incipit, aut incipit in instanti, aut in tempore : si ergo mundus incipit, aut in instanti, aut in tempore. Sed ante omne tempus est tempus, et ante omne instans est tempus : ergo tempus est ante omnia quae inceperunt. Sed non potuit esse ante mundum et motum: ergo mundus non 20a incepit.

Prima propositio per se nota est. Secunda, scilicet quod ante omne tempus sit tempus, patet ex hoc, quod, si currit, currebat prius de necessitate (1).

Similiter, quod ante omne instans sit tempus, patet sic : tempus est mensura circularis conveniens motui et mobili ; sed omnis punctus, qui est in circulo, ita est principium, quod finis : ergo omne instans temporis ita est principium futuri, quod terminus praeteriti : ergo ante omne nunc fuit praeteritum : patet ergo etc.

3. Pareillement, une raison positive est tirée du temps (4). La voici (5) : tout ce qui commence, ou bien commence en un instant ou bien dans le temps : donc, si le monde commence, c’est ou bien en un instant ou bien dans le temps. Or, avant tout temps, il y a un temps ; et, avant tout instant, il y a un temps : donc, il y a un temps avant tout ce qui a commencé. Mais il ne pouvait exister avant le monde et le mouvement : donc, le monde n’a pas 20a commencé.
La première proposition est connue par soi. La seconde, à savoir qu’avant tout temps il y a un temps, est clair du fait que, s’il a cours, c’est qu’un temps antérieur avait nécessairement cours (6).
Pareillement, qu’il y a un temps avant tout instant, se montre ainsi : le temps est la mesure circulaire qui convient au mouvement et au mobile (7) ; or, tout point, qui est dans le cercle, est autant commencement que fin : donc, tout instant du temps est autant le commencement du futur que la fin du passé : il y avait donc, avant tout maintenant, un passé : il est donc évident que etc.

4. Item, per impossibile.
Si tempus producitur, aut in tempore, aut in instanti. Non in instanti, cum non sit in instanti : ergo in tempore. Sed in omni tempore est ponere prius et posterius, et praeteritum et futurum : ergo si tempus in tempore fuit productum (2), ante omne tempus fuit tempus ; et hoc est impossibile : ergo etc.

4. De même, par impossible.
Du fait que le temps est produit, cela a lieu dans le temps ou à l’instant. Ce n’est pas à l’instant, puisqu’il n’a pas lieu à l’instant : donc, cela a lieu dans le temps. Or, en tout temps il y a lieu de poser un avant et un après, un passé et un futur : donc, si le temps était produit dans le temps, il y avait un temps avant tout temps; et cela est impossibile : donc etc.
Hae sunt rationes Philosophi, quae sunt sumtae a parte ipsius mundi.
Telles sont les raisons du Philosophe, qui ont été tirées du monde lui-même.

(4) Cf. Aristote, La physique, VIII, 1, 251b14-27 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 320-321).
(5) 3 Cet argument et le suivant sont avancés par Aristote, La physique, VIII, 1, 250b11 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 317) et Aristote, La métaphysique, XII ; XI, 6, 1062b12-1063a35 (éd. J. Tricot, Paris, Vrin, tome II, 2004, p. 155-195 et p. 125-130).
Notes de la p. 20.
(6) 1 Aristote définit ainsi le temps : “Le nombre d’un mouvement selon un avant, un après et un continuum.” Aristote, La physique, IV, 1, 218b21 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 205). Pour ce qui suit, c’est noté d’après Aristote qui dit : “Le temps est la mesure du mouvement et de ce qui se meut soi-même ; mais on mesure ce qui est mu en déterminant un certain mouvement, qui mesurera le tout.” Aristote, La physique, IV, 12, 220a27 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 212). “Mais parce qu’il y a un processus/développement, dont la première espèce est circulaire… si, donc il y a un premier mouvement selon la mesure de toutes les choses connues, il y aura principalement un processus/développement régulier selon la mesure, parce que le nombre de ce mouvement est le plus connu.” Aristote, La physique, IV, 14, 222b30 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 221) ; “De plus, le maintenant en soi est la continuation du temps… en effet, il continue le temps passé et le futur et c’est principalement le terme du temps, car il est bien le début du futur et aussi la fin du passé.” Aristote, La physique, IV, 13, 222a10-12 ; 222b1-2 ; VIII, 1, 251b20-25, (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 218-219 ; 220 ; 321).
(7) Aristote, La physique, IV, 14, 223b19-31 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 224-225).

 

5. Item, aliae rationes philosophorum sumuntur ex parte causae producentis ; et generaliter ad duas possunt reduci, quarum prima est ostensiva, secunda vero per impossibile.
Prima est haec : posita causa sufficienti et actuali, ponitur effectus (3) ; sed Deus ab aeterno fuit causa sufficiens et actualis ipsius mundi : ergo etc.
Maior propositio per se nota est. Minor patet, scilicet quod Deus sit causa sufficiens ; quia cum nullo extrinseco indigeat ad mundi creationem, sed solum potentia, sapientia et bonitate, et haec in Deo fuerunt perfectissima ab aeterno, patet quod ab aeterno fuit sufficiens. Quod etiam actualis, patet: Deus enim est actus purus et suum velle, ut dicit Philosophus (4) ; et Sancti dicunt, quod est suum agere: restat ergo etc.

5. De même, d’autres raisons philosophiques sont tirées de la cause productrice ; et elles peuvent de manière générale être réduites à deux : la première est positive, tandis que la seconde est par impossible.
Voici la première : en posant une cause suffisante et actuelle, on pose l’effet (8) ; or, de toute éternité, Dieu a été la cause suffisante et actuelle de ce monde, donc etc.
La proposition majeure est connue par soi. La mineure est évidente, à savoir que Dieu est une cause suffisante : parce qu’il n’a besoin de rien d’extrinsèque, en effet, pour la création du monde, mais seulement de puissance, de sagesse et de bonté et que, de toute éternité, celles-ci furent très parfaites en Dieu, il est évident que, de toute éternité, il était une cause suffisante. Qu’il est aussi actuel, est clair : Dieu est en effet un acte pur et son propre vouloir, comme dit le Philosophe (9) ; et les Pères qui disent qu’il est son propre agir : il reste donc etc.
(8) 3 “Par l’action d’une cause ces choses-là existent singulières, celles-ci en sont les causes, en même temps sont et ne sont pas.” Aristote, La physique, II, 3, 194b-16, (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 113). Cf. Aristote, La métaphysique, IX, 8, 1049b4-42, (éd. J. Tricot, Paris, Vrin, tome II, 2004, p. 58-65). Avicenne, dont c’est l’argument, dit : “Une cause, en tant qu’elle est en elle-même, fait nécessairement le causé être ; si celle-ci fut toujours, elle fait nécessairement le causé être toujours.” Avicenne (980-1037), La métaphysique du Shifâ’, IX, 1 (éd. G. C. Anawati,  Paris, Vrin, 1985, p. 111-118). Cf. Avicenne, Traité des définitions et des questions, Venise, 1546, fol. 136.
(9) 4 “Il faut donc qu’il y ait un tel principe dont la substance soit l’acte.” Aristote, La métaphysique, XII, 6, 1071b1-1072a-15 (éd. J. Tricot, Paris, Vrin, tome II, 2004, p. 170-174). Aristote dit la même chose au c. 7, mais il dit également au même chapitre : “Le plaisir appartient à l’acte [du premier principe]. (La métaphysique, XII, 5, 1071a-1071b ; 7, 1072a18-1073a-12 (éd. J. Tricot, Paris, Vrin, tome II, 2004, 166-169 et p. 174-179). A ce sujet, voir I Sent. 45, a. 1, q. 1 (I, 798, n. 6) cette référence cite Aristote, La métaphysique, XI, c. 7, 1063b36- 1064b14 (éd. J. Tricot, Paris, Vrin, t. II, 2004, p.130-133). La version arabe de ce texte de La métaphysique dit : “Voluptas [delectatio] enim est actio ipsius, scilicet primi principii.”– Pour ce qui suit, cf. I Sent. 7, a. uniq. q. 1 (I, 135a, n. 5) à cet endroit, les éd. de Quaracchi renvoient à Pseudo-Denys l’aréopagite, La hiérarchie céleste c. 11 (éd. de Gandillac, Paris, Aubier, 1943, p. 223-224) ; Les noms divins, c. 4, §1 (éd. de Gandillac, Paris, Aubier, 1943, p. 94-95) et ibid. 8, p. 2, q. 2. in corp. (I, 167). La n. 6 renvoie à Aristote, La physique, VIII, 250b11- 267b1-26 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 315-382) ; et De l’âme, II, 4, 415a14-416b33 (éd. J. Tricot, Paris, Vrin, 2010, p. 108-118) : “Faber autem mutatur solum in actum in otio.”

La n. 8 renvoie à Averroès, Destructio Destructionum I, 1, 1 et Commentaire sur la Physique VIII.