Traduction (Michel Caille) de travail de la séance du 19 novembre (I)

Bonaventure, II Sent. 1, p.1, a.1, q.2 (2, 19a-24b)

Texte latin et Traduction française

QUAESTIO II
Utrum mundus productus sit ab aeterno, an ex tempore.

QUESTION II
Le monde a-t-il été produit de toute éternité ou bien est-ce dans le temps ?

19a CIRCA SECUNDUM quaeritur, utrum mundus productus fuerit ex tempore, an ab aeterno. Et quod non ex tempore, ostenditur :

 
19a Concernant le second point, on demande : le monde aurait-il été produit dans le temps, ou bien est-ce de toute éternité ? Et on montre qu’il ne l’a pas été dans le temps :

 
1. Duabus rationibus sumtis a motu (n1).
Prima est ostensiva sic : ante omnem motum et mutationem est motus primi mobilis ; sed omne quod incipit, incipit per motum vel mutationem : ergo ante omne illud quod incipit, est motus ille. Sed ille motus non potuit esse ante se nec ante suum mobile : ergo impossibile est incipere. Prima propositio supponitur, et eius probatio patet sic : quia suppositio est in philosophia (n2), quod «in omni genere perfectum est ante imperfectum »; sed inter omnia genera motuum motus ad situm est perfectior, quia est entis completi ; et inter omnia genera motuum localium motus circularis et velocior est et perfectior; sed talis est motus caeli : ergo perfectissimus, ergo primus: patet ergo etc.

 
1. Par deux raisons tirées du mouvement (n1).
La première est positive. La voici : avant tout mouvement et changement, il y a le mouvement du premier mobile ; or tout ce qui commence, commence par un mouvement ou changement : donc avant tout ce qui commence, il y a ce mouvement. Mais, ce mouvement ne pouvait exister avant lui-même ou avant son mobile : impossible donc qu’il commence. La première proposition est une supposition. En voici sa démonstration : il y a supposition en philosophie, du fait que, « en tout genre, le parfait est antérieur à l’imparfait (n2) » ; or, entre tous les genres de mouvements, le mouvement relatif au lieu est plus parfait, parce qu’il s’agit du mouvement d’un être complet ; et, entre tous les genres de mouvements locaux, le mouvement circulaire est plus rapide et plus parfait. Mais, tel est le mouvement du ciel : donc le plus parfait, donc le premier : il est donc évident etc.

 
2. Item, ostenditur per impossibile. Omne quod exit in esse, exit per motum vel
mutationem : ergo si motus exit in esse, exit per motum vel mutationem ; et similiter de illo quaeritur : ergo vel est abire in infinitum, vel est ponere aliquem motum sine principio ; si motum : ergo mobile, ergo et mundum.

 
2. De même, on le montre par impossible (n3).
Tout ce qui parvient à l’existence, y parvient par un mouvement ou un changement : donc, si un mouvement parvient à l’existence, il y parvient par un mouvement ou un changement ; et il en est de même à propos de ce qu’on cherche : ou bien, par conséquent, il faut aller à l’infini, ou bien poser un mouvement sans commencement. De fait, il y a un mouvement : il y a donc un mobile, et donc le monde.

 
Notes de la p. 19.
(n1). Aristote, La physique, VIII, 1, 250b11 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 317). – Sur la mineure du premier argument, cf. Aristote, La physique, I, 8, 191a23 et V, 1, 224a21 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 97 et p. 227), et Aristote, De la génération et de la corruption, I, 3, 317a-319b5 (éd. M. Rahsed, Paris, Les belles
lettres, 2005, p. 12-19), où après avoir exclus la création, il réduit les modes de commencement à trois : la génération, l’altération et la corruption ; les deux premiers s’appellent un changement et le troisième un mouvement.
(n2). Aristote, La physique, VIII, 9, 265a13 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 372) et Du ciel, II, 4, Sphéricité de l’univers, 286b10-287b21 (éd. P. Moraux, Paris, Les belles lettres, 1965, p. 63-67 ; la phrase se trouve telle quelle p. 63) ; La physique, VIII, 7, 260a20-261a26 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 355-357) prouve que le mouvement vers un lieu ou local est plus parfait que les autres ; et La physique, VIII, 8, 261b27 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 361) et Du ciel, II, 4, Sphéricité de l’univers, 286b10-287b21 (éd. P. Moraux, Paris, Les belles lettres, 1965, p. 63-67) montre que le mouvement circulaire est, parmi les mouvements, le plus parfait et qu’il convient au ciel ; pour cette raison ce mouvement est la mesure de tous les autres mouvements.
(n3). Cf. Aristote, La physique, VIII, 1, 251a2-b10 (éd. A. Stevens, Paris, Vrin, 2012, p. 318-320).