La citation (VIII et fin de la Première série)

IV.3. L’écriture et la lecture.

Comme nous l’avons vu les éléments de l’écriture et de la lecture sont les mêmes (II.6 ; III.2 ; IV.1), qu’il s’agisse des trois éléments de la série horizontale (manuscrit, édition, traduction) comme des trois éléments de la série verticale (Augustin, P. Lombard, Bonaventure). Mais à chaque fois, pour l’écriture comme pour la lecture, mis à part évidemment l’absence de cas (II.1), un problème vient empêcher la réalisation de nos tableaux (I.3). Si l’élément « citation » reste bien le rapport d’identité (I.2-3 ; II.5-6 ; III.2), la question de la diversité des formes pour l’écriture (II.4) ou de la discontinuité pour la lecture (III-IV.2), remet en cause la possibilité de constituer notre ensemble (I.3) qui ne s’arrête pas à l‘ensemble des citations, mais bien à l’ensemble des liens qui finalement, à travers les citations, unifient les Sentences et leurs commentaires.

Autrement dit, nous n’avons pas seulement affaire à des textes, comme nous le disions au début, mais à des discours soumis à la formulation d’un savoir, à la mise en forme de la théologie. Devant chaque texte, nous sommes en présence d’un discours tenu et d’un savoir à tenir (III.2). Nous avons ainsi parlé de « la continuité du discours et de la discontinuité du savoir » (IV.1). Selon nous, la variation des formes (II.4), au sein de la continuité du discours théologique (III.2), a précisément pour cause, du moins comme cause principale, la discontinuité du savoir (IV.1). La citation comme rapport d’identité (I.2) et la continuité du discours (III.2 ; IV.1), la variation des formes du discours (II.4) et la discontinuité du savoir (III.2 ; IV.1) seront donc les principes premiers essentiels à la réalisation du site consacré aux Sentences de Pierre Lombard et à leurs commentaires.

 

IV.4. Le triple domaine de notre site.

Nous arrivons ainsi à la proposition que notre site doit offrir un triple domaine.

  1. Un domaine consacré à la « lecture des Sentences»: c’est-à-dire aux liens qui vont des Pères anciens aux maîtres médiévaux ; il s’agit de la continuité du discours théologique à travers la « citation ».
  2. Un domaine consacré à « l’histoire de la théologie » : c’est-à-dire à la succession des auteurs et de leurs œuvres, de manière à mettre en avant la contextualisation historique des Sentences et de leurs commentaires : il s’agit de la continuité du discours théologique à travers le savoir du médiéviste.
  3. Un domaine consacré à « l’écriture du commentaire » des Sentences: c’est-à-dire au développement de la théologie sententiaire, de manière à mettre en avant la contextualisation théologique des Sentences et de leurs commentaires : il s’agit de la discontinuité dans la réalisation du savoir théologique au regard de la vérité.

 

IV.5. Sommaire : écriture et lecture, discours et savoir.

Comme le disait le Moyen Age, « le maître est celui qui ouvre le livre ». Face à l’esprit se tient le livre. L’écriture produit le discours, elle assure la continuité du « discours tenu » ; et le livre qui est le support de l’écriture, est aussi le support du discours. La lecture, elle, produit le savoir, et engendre la discontinuité du « savoir à tenir » ; et l’esprit, qui est le support de la lecture, est aussi le support du savoir. Nous avons nous aussi ouvert « une grande quantité de livre » (Prol. 5). Cette présentation nous a conduit d’une dialectique objective immédiate, celle de « l’écriture » et de « la lecture » (introd.), à la dialectique problématisée du « discours tenu » et du « savoir à tenir » (III.2), pour aboutir finalement à un triple domaine pour notre site, car cette dernière dialectique se développe au cours de l’histoire, selon les normes reçues par l’Université médiévale.

L’objet du Domaine I est la citation, sa dimension est littéraire. L’objet du Domaine II est la succession des auteurs, sa dimension est historique. L’objet principal du Domaine III est la quête de la vérité, sa dimension est doctrinale.