La citation (VII)

  1. LES PROBLEMES LIES A LA LECTURE

IV.1. Continuité du discours et discontinuité du savoir.

Nous devons donc répondre à la question suivante : quelle est la corrélation entre les lectures 1, 2 et 3 – dont les éléments constitutifs ne sont autres que ceux déjà présents dans l’écriture, et au moyen desquels nous avons pu réaliser notre premier tableau (I.2) –, et les lectures 4 et 5 ?

Problème lié à la lecture 5. La citation biblique ne remplace pas la « citation » des Sentences. (Nous considérons ici le cas où une citation patristique renvoie à une citation biblique. Nous excluons donc le cas où la citation biblique a valeur de « citation » pour les Sentences, puisque dans ce cas nous aurions simplement affaire à la lecture 1). Considérer la citation biblique comme rapport d’identité (I.2), nous renverrait à la Glose, lecture que les Sentences ont justement dépassée. Nous pouvons donc, dans un premier temps, l’exclure de l’écriture informatique de notre site. Nos travaux pourraient, cependant, s’intéresser au point suivant : les citations bibliques, en tant qu’elles sont exclues de la lecture 1, peuvent être considérées comme la trace de la Glose, ou son « phore » (c’est-à-dire ce qui est l’objet de l’explication), que connaissait le Lombard. Considérons, toutefois, pour l’instant, que nous abandonnons la lecture 5.

Problème lié à la lecture 4. La lecture du médiéviste n’est pas comme les autres ; il ne s’agit pas d’un ultime commentateur. D’une part, sa lecture englobe toutes les autres sous le concept d’histoire de la théologie, de manière à fournir une représentation historique de la théologie. Il revient ici au médiéviste de gérer la continuité des discours (III.2) entre les Pères, le Lombard et les maîtres médiévaux. Cette lecture, d’autre part, doit pouvoir rendre compte de chacune des lectures des auteurs en présence, à savoir de P. Lombard et des commentateurs des Sentences, à partir cette fois-ci de l’a priori théologique de l’histoire de la théologie, c’est-à-dire en raison du rapport nécessaire à la vérité de la théologie de chacun des théologiens, de leur écriture et de leur savoir. Le médiéviste a ici affaire à la discontinuité : discontinuité du savoir (III.2) qui, engendrée par le commentaire (III.1), suite à une nouvelle lecture (III.1 et 3), naît avec la série verticale (III.2), c’est-à-dire avec la succession des maîtres médiévaux. (Nous ne nions pas qu’existe une même discontinuité entre les Pères et les maîtres médiévaux, mais son étude dépasse le cadre de notre recherche). La lecture 4, celle du médiéviste, porte donc une double exigence : celle de l’histoire de la théologie et celle de la vérité de la théologie.

Les lectures 1, 2 et 3 ne posent pas en elles-mêmes de problème : Augustin lit l’Ecriture, et il écrit le De Trinitate ; Pierre Lombard lit le De Trinitate d’Augustin, et il écrit les Sentences ; Bonaventure lit les Sentences, et il écrit son Commentaire des Sentences ; et nous pouvons même ajouter : Richard Rufus lit le commentaire de Bonaventure, et il écrit son abbreviatio. Nous avons simplement affaire à la continuité du discours théologique (III.2) : la continuité y est assurée par la « citation » et les éléments rencontrés sont ceux de l’écriture (I.2). Le problème est que, si nous rencontrons, de fait, une telle continuité dans l’histoire ; elle n’est pas, de droit, nécessaire à la théologie et à sa vérité. Nous retrouvons donc la continuité du discours, des Pères à certains maîtres médiévaux à travers le Lombard, et la discontinuité du savoir que nous avons situé, exclusivement quant à nous, entre le Lombard et les maîtres, et entre chacun des maîtres médiévaux.

 

IV.2. Continuité et discontinuité de la lecture.

La lecture a sa propre continuité, à savoir celle de l’histoire, elle est le produit de l’histoire : les commentaires succèdent aux Sentences. Pierre Lombard succède aux Pères, mais Alexandre succède au Lombard, puis Albert. Bonaventure succède à Alexandre, puis Thomas à Albert, etc. Cette continuité est celle de l’histoire de la théologie, celle du discours théologique.

La discontinuité, elle, est le fait des maîtres. Elle est le produit de la lecture qui prétend à une nouvelle écriture. Les maîtres succèdent aux maîtres, certes à travers une continuité du discours – il s’agit toujours de théologie, mais à travers une discontinuité du savoir, car les maîtres ne se situent pas, ou pas seulement, les uns vis-à-vis des autres, mais face à la vérité.