La citation (VI)

III.3. Les cinq sortes de lecture.

Nous reconnaissons cinq sortes de lectures capables de structurer notre recherche. Reprenons notre exemple : « User de quelque chose, c’est l’assujettir au pouvoir de la volonté » (Augustin : La Trinité, X, 11, 17 ; P. Lombard : Sent. I, chap. 3 (3), n. 1 ; Bonaventure : I Sent. 1.1, q.1, arg. 2).

 

« citation » manuscrit édition traduct.
Augustin cod. xxx CCL 50, p. 330 BA 16, p. 155
P. Lombard cod. xxx Quaracchi I, p. 57 LC 1, p. 146
Bonaventure cod. xxx Quaracchi I, col. 30a PUF, p. 26

 

 

Lecture 1. Il y a la lecture de l’auteur cité, ici Augustin. La première ligne du De Trinitate d’Augustin en appelle immédiatement au lecteur : « Le lecteur avant d’aborder notre traité sur la Trinité, doit se souvenir… » (I, 1, 1). Avant tout développement spéculatif, l’auteur demande au lecteur d’être en mesure de rejoindre sa position. Dans le cas contraire, « si mon lecteur déclare, écrit-il : ‘’Voilà qu’il n’est pas bien expliqué puisque je n’y comprends rien’’… qu’il laisse là mon livre… » (I, III, 5).

Lecture 2. Il y a bien entendu la lecture de Pierre Lombard, qui se place au centre. C’est avec elle que commence cette entreprise ; avec sa lecture qui cisèle la « citation » qui sert de base à notre réflexion, en amont vers Augustin, en aval vers Bonaventure. Il est bien évident encore qu’il ignore tout du commentaire de Bonaventure, même s’il est en droit d’envisager une reprise de ses propres Sentences, sous une forme ou sous une autre ; à commencer par tout enseignement magistral, comme le montrent les ajouts de 1157-1158 du Lombard lui-même.

Lecture 3. Celle de Bonaventure. Il s’agit de la lecture du commentateur. Cette lecture est le facteur essentiel de la discontinuité du savoir.

Lecture 4. A ces trois premières lectures, s’ajoute conséquemment la lecture du médiéviste, celui du GRPL. Celle qui met en forme les trois premières lectures et qui amène à la rédaction de cette présentation ; lecture qui doit aussi conduire à une nouvelle écriture, à savoir celle de notre site.

Lecture 5. Le médiéviste fait aussi le constat que la lecture de P. Lombard (lecture 2) ne renvoie pas seulement à Augustin (lecture 1), mais ce faisant aussi à l’Ecriture, de façon médiate ou immédiate. Car Augustin ne peut pas ne pas écrire son traité sans rapport à l’Ecriture. Pas de théologie, en effet, sans un rapport plus ou moins direct à l’Ecriture.

 

De façon toute hypothétique, et non sans inconvénients, l’ensemble de ces lectures pourrait réorganiser notre tableau de la façon suivante :

Lecture 5 Ecriture cod. xxx édition traduct.
  « citation » manuscrit édition traduct.
Lecture 1 Augustin cod. xxx CCL 50, p. 330 BA 16, p. 155
Lecture 2 P. Lombard cod. xxx Quaracchi I, p. 57 LC 1, p. 146
Lecture 3 Bonaventure cod. xxx Quaracchi I, col. 30a PUF, p. 26
Lecture 4 médiéviste   GRPL  

 

Mais ce tableau est inconséquent. L’Ecriture est lue, mais elle ne lit pas. Le médiéviste lit, mais il n’est pas lu [1]. Ne peut entrer dans ce tableau qu’une lecture qui produit une autre lecture, tout comme n’entre dans le tableau de l’écriture qu’une écriture à l’origine d’une nouvelle écriture. Ces lectures englobent ou entérinent les écritures des uns et des autres. Il faut donc revenir à notre premier tableau qui comprend les lectures 1, 2 et 3, et corrélativement apprendre la manière de lui associer les lectures 4 et 5. Un tableau plus correct, sans lien immédiat relatif au rapport d’identité que constitue la « citation », serait donc le suivant :

 

Lecture 5 Ecriture cod. xxx édition traduct.

 

  « citation » manuscrit édition traduct.
Lecture 1 Augustin cod. xxx CCL 50, p. 330 BA 16, p. 155
Lecture 2 P. Lombard cod. xxx Quaracchi I, p. 57 LC 1, p. 146
Lecture 3 Bonaventure cod. xxx Quaracchi I, col. 30a PUF, p. 26

 

Lecture 4 médiéviste   GRPL  

[1] Comprenons : il n’y a pas d’autre lecture, ou d’autre niveau épistémologique, que celle du médiéviste capable de lire le médiéviste.