La citation (V)

III. LA LECTURE

La lecture fait suite à l’écriture. Mais nous la prenons en compte dans la mesure où elle-même engendre à son tour une nouvelle écriture. Il s’agit non seulement du second élément de notre dialectique, mais de l’activité même des auteurs médiévaux, de la mise en œuvre des commentaires.

 

III.1. La lecture de 1157-1158.

Le Lombard lui-même fournit le fondement de cette réflexion. Le « Maître des Sentences » a relu, c‘est-à-dire commenter son propre texte dans les années 1157-1158. A cette occasion, il ajoute de nouvelles sentences, c’est-à-dire de nouvelles citations. Le « commentaire » des Sentences était né. Et à sa suite, les citations vont se multiplier avec les nouveaux commentaires. Les premiers tableaux, tels que nous les avions envisagés, c’est-à-dire en fonction d’une continuité entre les Pères et les maîtres du Moyen Age à travers les Sentences du Lombard (I.2), ne pourront plus suffire. La détermination du maître qui devait clore l’interprétation (I.1), peut être remise en cause par une nouvelle lecture. Une nouvelle citation peut remettre en question le dossier présenté par le Lombard ou par tout autre maître. Les commentaires introduisent, donc, de fait, une discontinuité dont il faut rendre compte.

L’invention concernant les citations dans les commentaires des Sentences, présente les variations principales suivantes :

– certaines citations mises en avant par le Lombard ne seront pas reprises. Lui-même y invite d’ailleurs, par exemple au Livre III, distinction VII, chap. III (25), n. 3, où, comprenant l’insuffisance de son dossier, il s’adresse au lecteur et lui dit : « à propos d’une chose si grande et si difficile à saisir, je ne veux pas que le lecteur estime que cette discussion qui est la nôtre doive lui suffire. Mais qu’il en lise aussi d’autres … »

– inversement, de nouvelles citations vont être ajoutées : de nouvelles traditions, inconnues ou peu connues du Lombard, vont se greffer sur ce texte du XIIème siècle, par ex. la philosophie antique.

– le texte lombardien lui-même sera objet d’un commentaire : ce qui commence avec Alexandre de Halès, dont le commentaire est appelé Glossa in quatuor libros sententiarum Petri Lombardi ; non pas que nous ayons affaire à l’écriture d’une glose, à une simple note explicative exempte de toute question, comme en connaissait l’époque antérieure aux Sentences, mais parce que c’est le texte même du Lombard qui, pour Alexandre, est l’occasion de faire part de son questionnement et de son savoir théologique ; c’est aussi le cas chez Albert avec ses questions introduites ainsi : « quaeritur de hoc quod dicit » ; avec les dubia de Bonaventure ou l’expositio textus de Thomas. De même, on en vient aussi à commenter le « prologue » du Lombard.

La lecture donc, qui est le fait même du commentaire, diversifiant le statut de la citation et élargissant considérablement son champ d’application, modifie en conséquence les dimensions de l’ensemble (I.3). Ce qu’il nous est possible de rendre compte à présent en exposant bientôt les problèmes qui sont liés à la lecture (IV).

 

III.2. La lecture du commentateur.

Rappelons que seule nous intéresse ici une lecture qui a été capable d’une nouvelle écriture, c’est-à-dire celle du commentateur. De même, ainsi que nous l’avons dit plus haut, pour l’écriture comme pour la lecture (II.6), la citation établit un même rapport d’identité (I.2) entre la série horizontale (I.2 ; II.2) et la série verticale (I.2 ; II.3), et comprend donc les mêmes éléments, c’est-à-dire en reprenant notre exemple : « manuscrit », « édition » et « traduction » (I.1), pour la série horizontale ; « Augustin », « P. Lombard » et « Bonaventure » (I.1), pour la série verticale. Or, si nous devons nous appuyer sur les mêmes éléments, la discontinuité engendrée par le commentaire (III.1) via la citation, ne nous permet plus de réaliser les tableaux que l’écriture rendait possibles (I.2), en vue de la réalisation de notre site (II.6). Cette discontinuité naît avec la série verticale, celles des auteurs. Ceux-ci se succèdent nécessairement dans le temps, mais il ne s’agit pas de généalogie. De fait, des écoles de pensée vont pouvoir se former au cours du temps, certaines filiations de maître à élèves ou disciples ; mais, de droit, l’étudiant peut s’opposer au discours de son maître et le dépasser par son savoir. Tout cela, après une discussion mise en place par le commentaire lui-même grâce à l’apport de nouvelles pièces mises au dossier, c’est-à-dire par de nouvelles citations soumises à la détermination magistrale (II.5).

La détermination du maître exprime la position du maître. Bonaventure qui commente les Sentences, peut sur telle question ou sur tel problème être pour ou contre la position du Lombard. Sa position se détermine ainsi, non seulement vis-à-vis du discours du Lombard, de ce qui a été l’objet de sa lecture, mais à travers la nouvelle expression qu’il donne au savoir théologique, vis-à-vis de ce que nous pouvons appeler la « vérité ». Par conséquent, pour qu’une lecture conduise à une nouvelle écriture, encore faut-il admettre une discontinuité entre les maîtres eux-mêmes, la discontinuité accidentelle entre citations n’étant que la conséquence de la discontinuité formelle de leur position. Pour tout écrit, dès lors, nous ne distinguons plus « l’écriture qui l’a produit » et « la lecture qui en est le produit » (introd.), mais « le discours tenu » et « le savoir à tenir », le discours qui a été tenu par le Lombard ou par un premier maître, et le savoir que doit tenir un nouveau maître en raison d’une nouvelle position. Partant, toute nouvelle écriture se traduit par un passage du discours au savoir, du discours qui est tenu dans la communauté des maîtres (universitas), au savoir à tenir au regard de la vérité (veritas). La discontinuité engendrée par le commentaire (III.1), s’établit donc entre le discours et le savoir ; nous parlerons ainsi de la continuité du discours et de la discontinuité du savoir.