La citation (IV)

II.3. La multitude des auteurs.

La série verticale du tableau est constituée par les auteurs (cause efficiente). Selon notre exemple, nous avons : Augustin, P. Lombard et Bonaventure, auxquels nous ajoutons de nouveaux éléments intermédiaires (A1. A.2) et complémentaires (C.1).

A. Augustin : celui-ci est ici le représentant de tous les auteurs qui sont cités dans les Sentences. Il ne s’agit donc pas seulement des Pères de l’Eglise, mais aussi des maîtres, de tous ceux qui ont précédé ou qui sont contemporains du Lombard ; et de chacun en particulier. A1. Augustin ou un autre : la mention d’Augustin ou d’un autre auteur, la mention d’un ouvrage ou d’une citation peut aussi s’avérer être une erreur. Ce qui est assez rare toutefois dans les Sentences, comparativement au nombre de citations. A.2. De plus, et plus important, est l’existence d’un intermédiaire entre le Lombard et Augustin. P. Lombard peut, en effet, avoir eu connaissance d’un texte précis d’Augustin à travers, par exemple, P. Abélard. De même, notamment avec le Livre II, nous nous apercevons que P. Lombard qui renvoie, par exemple, à « Augustin, Sur la Genèse», renvoie, certes à La Genèse au sens littéral d’Augustin, mais à travers un ouvrage de Florus de Lyon ; et ce cas n’est pas le seul.

B. Pierre Lombard : nous avons placé les Sentences de P. Lombard au centre de notre dispositif. Nous en connaissons une double rédaction en 1155-1157 et en 1157-1158. Le manuscrit original, encore présent en 1271 dans la bibliothèque de la Sorbonne, est aujourd’hui perdu. Il y a trois éditions : 1883, celle présentée avec le Commentaire des sentences de Bonaventure ; 1917, celle du manuscrit 900 de Troyes ; l’édition critique de 1971-1981 en deux volumes. La traduction anglaise est achevée (2007-2010), et la traduction française est en cours (2012). L’ouvrage comprend 4 livres qui sont divisés en chapitres. Présentation qui va subir de nombreuses modifications avec les commentaires qui en seront tirés. – L’écriture des Sentences implique le problème suivant. La citation est l’élément de notre recherche, mais il ne s’agit pas d’un matériau brut. La citation est un extrait, mais les Sentences ne sont pas un catalogue. Chaque citation est introduite en fonction d’une question ; elle se trouve donc problématisée, et l’auteur doit finalement se déterminer face à elle. Nous pouvons, formellement, trouver un passage construit de la sorte : à l’occasion d’un problème traité par les Sentences, se pose une question à laquelle l’auteur tente de répondre, par exemple avec l’autorité d’Augustin, à savoir au moyen d’une « citation » qu’il insère dans son propos qui comprend une introduction et une conclusion, voire un certain développement, et qui implique une déduction. Or, l’introduction elle-même peut provenir d’un autre auteur. Par exemple : Sent I, 8, chap. 3 (23), n. 1 (trad., p. 210), la problématique qui introduit la citation, provient de P. Abélard qui avait déjà usé lui-même de la problématique reprise ici par le Lombard. De même, le texte du Lombard apparaît parfois comme simplement parallèle à la Summa sententiarum, comme on le voit souvent dans le Livre II.

C. Bonaventure : celui-ci commente les Sentences comme étudiant, et non pas comme maître. Ce qui relève d’une obligation universitaire : il doit dans un premier temps rendre compte du texte qu’il commente. La fonction première du commentaire n’est donc pas de se démarquer des Sentences. Pourtant, de même que le Lombard avait relevé des contradictions entre les Pères, Bonaventure va devoir dépasser les insuffisances du Lombard : insuffisance de la réflexion, insuffisance des arguments et des sources présentés, insuffisance de la réponse. Le texte du Lombard doit alors lui-même être expliqué (dubia). D’autre part, le point de vue de Bonaventure n’est plus celui du Maître : l’unité du commentaire n’est plus celle des Sentences. Le commentateur devient ainsi maître à son tour. Chacun le faisant avec son génie personnel. C.1. Les commentateurs sont nombreux au fil du temps. Nous connaissons plus de 1400 commentaires différents (Stegmüller et suppl.), et de valeurs différentes. Nous pouvons toutefois nous essayer à définir une typologie des commentateurs à partir des quatre premiers commentaires importants : Alexandre de Halès (1220-1227), Albert le Grand (1246-1249), Bonaventure (1250-1252), Thomas d’Aquin (1252-1254). Alexandre en donne la structure, Albert lui fournit son encyclopédie, Bonaventure le transfigure de son génie personnel et Thomas y établit le paradigme de la science.

 

II.4. La diversité des formes.

Les commentaires. Si les Sentences sont le centre de ce site, la masse documentaire, elle, est bien celle des « Commentaires des sentences », dont la forme évolue à travers les XIIIème-XVème siècles selon divers critères (cause formelle). En voici un certain nombre. LES FORMES EXTERNES : Alexandre de Halès qui introduit les Sentences à l’Université, détache définitivement le commentaire de la glose ; de l’enseignement du maître (Albert), on passe à l’obligation de l’élève (Thomas) ; avec le temps, tel auteur ne commente plus l’intégralité des 4 livres ; ou bien, l’Université accepte des « abbreviatio » (ex. Richard Rufus qui résume le commentaire de Bonaventure) ; tirées souvent des débats suscités par le commentaire des Sentences, certaines questions deviennent ainsi des œuvres à part entière en tant que Questions disputées ; finalement la forme commentaire est dépassée soit par une forme plus courte (le Breviloquium de Bonaventure), soit par une forme plus longue (la Somme théologique de Thomas). LES FORMES INTERNES : les distinctions : si Alexandre avait introduit des « distinctions » dans les Sentences, là où il y avait des chapitres, distinctions qui recouvrent plusieurs chapitres, afin d’imposer une nouvelle structure aux Sentences, et ce faisant une nouvelle unité, à savoir l’unité du commentaire, les commentateurs qui vont suivre ne se sentiront pas tenus par les premières délimitations effectuées par Alexandre, mais les modifieront à leur guise. Bonaventure et Thomas, par exemple, n’ont pas les mêmes délimitations ; la technicité de l’enseignement va engendrer un ensemble de formes qui vont se développer sous la forme générale qu’est la distinction. Nous avons ainsi comme structure principale la présentation suivante : distinction, divisio textus, tractatio quaestionum, parties, articles puis questions (Bonaventure), ou questions puis articles (Thomas), arguments pour, arguments contre, réponse, réponses aux objections, dubia (Bonaventure). LES FORMES MIXTES : si on peut décrire une forme de commentaire qui va se perfectionnant selon une même méthode dans ses formes internes, il existe aussi des reprises de formes anciennes au sein d’un commentaire, par exemple un mini-traité (Albert), adjoint au commentaire du texte du Lombard, peut régler une question ; il peut aussi exister, indépendamment d’une filiation ou de l’existence d’une école de pensée, un lien entre commentateurs, par exemple : Thomas reprend Bonaventure. LES FORMES DERIVEES : existe aussi des évolutions vers une nouvelle forme, qui n’aboutissent pas encore pleinement, comme le commentaire de Pierre de Poitiers, qui reprend les Sentences du Lombard de manière à les achever (correction des erreurs et solutions neuves), et vise alors à la réalisation d’une somme.

 

II.5. La citation.

En tant qu’écriture, et comme tous les éléments de notre présentation, la « citation » peut être évaluée au moyen de différents critères ou mesurée par diverses catégories. Une citation peut, en effet, être à la lettre/quant au sens ; explicite/implicite ; complète/incomplète/accompagnée d’un «etc.» ; directe/indirecte ou taire sa référence ; un parallèle/une paraphrase ; juste/fausse (quant au titre de l’ouvrage, à l’auteur, à la référence) ; l’affaire d’un mot/d’une expression ; l’affaire d’une phrase/de plusieurs ; reprise une fois/plusieurs fois ; reprise au même endroit/à un autre endroit ; formalisée ou non dans sa reprise ; liée à un cadre implicite/à un lieu commun ; liée à une version unique/à de multiples ; connue/inconnue de nous.

Nous devons aussi constater que, quelle qu’ait été la diversité des auteurs (II.3) et des formes (II.4), quelle qu’ait été aussi l’évolution du « corpus » des citations, notamment avec l’apport massif de la philosophie, la « citation » reste pour tout auteur l’élément de base de sa démonstration, comme elle l’est aujourd’hui pour nos propres travaux. La « citation » est en effet tout à fait unique pour notre recherche. Elle est au centre de notre dispositif. Elle constitue le « rapport d’identité » (I.2) qui permet la constitution de nos tableaux (I.3), lesquels ne sont que la représentation des fonctions capables de mettre en relation les différentes occurrences ou les différents textes à travers le temps, les supports et les auteurs. Matériau choisi, la « citation » ne se trouve pas au sein d’un catalogue, nous l’avons dit : elle est non seulement l’objet de la détermination du maître (I.1 ; II.3), mais elle a aussi été élaborée en tant que citation dans la mesure où elle a été extraite d’un texte plus large ; elle est donc écriture et lecture. C’est ainsi qu’elle est constituée d’une double face.

 

II.6. La double face de la citation.

Comme nous l’avons vu les textes qui nous intéressent ne sont pas de simples florilèges. A chaque niveau nous avons bien affaire à la même citation, mais jamais à un même texte. Reprenons notre exemple : au niveau d’Augustin, la citation n’est qu’un extrait du De Trinitate. Chez le Lombard, l’affirmation d’Augustin devient une sentence ; la citation, ainsi reprise et comprise comme une affirmation, est une sentence soumise à la détermination du Maître. Pour Bonaventure, la citation est un argument, favorable ou non, à ses prises de position. Toute « citation » doit donc être contextualisée.

La citation porte ainsi la dialectique entre écriture et lecture, qui organise nos travaux. L’écriture nous a fourni l’élément spécifique que nous recherchions à savoir, la citation (I.3). Or, il est évident que la citation a deux faces : extraite d’un texte premier, elle est donc et écriture et lecture. C’est une même « citation » que nous trouvons dans les Sentences de Pierre Lombard, et qui relie le texte d’Augustin et celui de Bonaventure ; et c’est donc une même « citation » qui est lue à travers les Sentences. La citation relie et on la relit. La citation relie : elle est histoire ; et on la relit : elle est interprétation ; elle relie dans la mesure où elle est relue. Lecteurs à notre tour des Sentences et de leurs commentaires, c’est à cet endroit que se jouera, pour nous, l’interconnexion entre histoire et interprétation (I.1), et conséquemment l’écriture informatique de notre site. De plus, tout comme pour l’écriture, la citation établit un même rapport d’identité (I.2) entre la série horizontale (manuscrit, édition, traduction) et la série verticale (Augustin, P. Lombard, Bonaventure) pour la lecture. Mais les problèmes vont se diversifier.