La citation (III)

II. PREMIERS PROBLÈMES

Avant de revenir à la citation elle-même, nous pouvons répertorier 4 problèmes liés à la constitution de notre tableau, qui, à la manière des médiévaux, pourraient être considérés comme l’unique problème des 4 causes :

  1. La possibilité de remplir les cases de notre tableau (cause finale).
  2. La nécessité des supports (cause matérielle).
  3. La multitude des auteurs (cause efficiente).
  4. La diversité des écrits (cause formelle).

 

II.1. Le cas et la case.

La cause finale se range, semble-t-il, sous la catégorie de quantité. Selon notre tableau, chaque case comporte un élément. Or, de fait, nous avons le cas où une même case peut comprendre 2 éléments, voire davantage. Reprenons notre exemple : « User de quelque chose, c’est l’assujettir au pouvoir de la volonté » (Augustin, La Trinité, X, 11, 17 ; P. Lombard, Sent. I, chap. 3 (3), n. 1 ; Bonaventure, I Sent. 1.1, q.1, arg. 2). Nous indiquons en gras ce que nous avons ajouté au tableau initial (I.2).

« User … » manuscrit édition traduction
Augustin cod. xxx
PL 42, col. 982

CCL 50, p. 330

BA 16, p. 155
P. Lombard cod. xxx Quaracchi I, p. 57 LC 1, p. 146
Bonaventure cod. xxx Quaracchi I, col. 30a (31a) PUF, p. 26 (28)

 

 

Situation 1 : « édition/Augustin » : nous avons deux éditions (reconnues) du De Trinitate : la « Patrologie Latine » et le « Corpus Christianorum Latinorum ». Si, de droit, l’édition critique du CCL supplante toutes les éditions précédentes, les éditeurs demandent, de fait et avec raison, de mentionner encore aujourd’hui l’édition de Migne, puisque cette édition est plus complète et donc plus cohérente. D’autre part, certains textes médiévaux se trouvent parfois plus près de la PL que du CCL. Pour chaque texte, par conséquent, existent bien souvent plusieurs manuscrits, plusieurs éditions, plusieurs traductions. Situation 2 : « édition/Bonaventure » ou « traduction/Bonaventure » : la citation choisie du De Trinitate d’Augustin qui se trouve chez le Lombard, se retrouve chez Bonaventure, concernant le même sujet et dans la même distinction. Mais on la trouve deux fois : à la « col. 30a » et à la « col. 31a » de l’édition ; il en est de même évidemment pour la traduction. – Inversement, chacune des cases peut être vide : la plupart du temps, le manuscrit original a disparu ; parfois, l’édition critique n’a pas été réalisée ; souvent, la traduction est inexistante.

Et ces deux phénomènes, celui d’une pluralité d’occurrences et d’une absence d’occurrence, se renforcent l’un l’autre. L’absence d’un manuscrit original laisse la place à une pluralité de manuscrits ; l’absence d’édition critique laisse la place à une pluralité d’éditions ; absence de normes éditoriales, qui se retrouve finalement dans la traduction où une grande partie est laissée à la subjectivité et nous oblige à une réévaluation perpétuelle au fil du temps, et qui donc laisse la place à une pluralité de traductions possibles.

 

II.2. Les supports de l’écriture.

La série horizontale du tableau est constituée par les différents supports de l’écriture (cause matérielle). Le problème de la quantité les affecte évidemment chacun. Mais nous pouvons multiplier les catégories en fonction des différents supports présents dans notre tableau, à savoir le manuscrit, l’édition et la traduction, auxquels s’ajoute un nouvel élément (A1).

 

A. Le manuscrit : perdu/non perdu ; original ; authentiques ; unique/pluralité ; présenté seul/au milieu d’autres textes ; complet/incomplet ; cité/non cité ; édité/non édité ; versions différentes ; version en ligne (ex. la Glose ordinaire). A1. La transcription, c’est-à-dire la transposition latine suite au travail paléographique : partielle/totale ; publique/d’un particulier. (La transcription est nécessaire pour établir une édition définitive, mais elle reste insuffisante – vu par exemple la question des variantes : c’est pourquoi nous ne l’avons pas insérée dans notre tableau).

B. L’édition : ancienne/moderne/récente ; partielle/totale/en cours ; scientifique/en comité plus restreint ; critique (tous les manuscrits) / diplomatique (les meilleurs) / factuelle (un seul).

C. La traduction : ancienne/moderne/récente ; totale/partielle/en cours ; bonne/mauvaise ; grand public/universitaire ; un seul traducteur/plusieurs ; avec/sans apparat ; avec/sans introduction ; avec/sans index ; avec/sans tables ; retraduction à partir du grec, de l’arabe, de l’hébreu, du texte cité ; avec/sans vers. latine ; avec/sans trad. fr. du latin ; avec/sans trad. d’une autre langue du latin ; français/anglais/autre langue/bilingue ; trad. anglaise : éditée/non éditée ; une/plusieurs ; avec/sans fr. ; à partir du latin, d’une autre langue ancienne/moderne ; autre trad. : allemand, espagnol, etc. ; à partir du latin / d’une langue ancienne/moderne.

 

Tout élément est variable : de lui-même, il est lié à des paramètres de quantité et de qualité ; pour l’histoire, il peut rester perdu ou ignoré ; pour nous, il peut être connu ou inconnu. Comme on le voit, à chaque phase, nous pouvons trouver 0, 1 ou plusieurs éléments en quantité ou qualité, ou en fonction de telle ou telle catégorisation. A chaque phase de production, si phase il y a, il y a oui ou non (1 ou 0, dirait-on, en informatique) : original ou non, édition ou non, critique ou non, traduction ou non, dans telle langue ou non, etc. Il peut aussi manquer 0, 1, 2 phases : pas de manuscrit, pas d’édition, pas de traduction. De plus, si le temps transmet le savoir, il lui fait aussi parfois obstacle. De manière discontinue, en effet, nous pouvons aussi considérer qu’un texte ignoré à un moment (T2), ne l’était pas avant (T1) et ne l’est plus à un autre (T3) ; que tel texte ignoré du Lombard est connu de nous aujourd’hui ; ou inversement, que tel texte ignoré de nous était connu du Lombard.