La citation (II)

Nous avons affaire à des textes, à l’écriture de certains, à leur lecture et à leur relecture à travers le temps. Si toute écriture occasionne ainsi une future lecture, toute lecture reconduit à son tour à une nouvelle écriture ; et ainsi de suite jusqu’aux Sentences de Pierre Lombard, à ses commentaires et jusqu’à nous aujourd’hui. Si bien que, même si les formes de lecture et d’écriture ont évolué avec les époques, il s’agit pour nous d’inscrire ces différentes écritures, lectures et relectures dans un ensemble. Pour notre réflexion, nous retiendrons ainsi en premier lieu une dialectique sous-jacente entre écriture et lecture. Pour tout écrit, nous distinguons l’écriture qui l’a produit, et la lecture qui en est le produit.

Pour étayer notre réflexion, nous nous appuierons, bien entendu, sur l’édition critique des Sentences de Pierre Lombard (Quaracchi, 1971-1981), mais aussi sur les quatre premiers grands commentaires dont l’importance historique n’est pas contestable, à savoir celui d’Alexandre de Halès (1220-1227), celui d’Albert le Grand (1246-1249), celui de Bonaventure (1250-1252) et celui de Thomas d’Aquin (1252-1254), même si nous ne disposons pas encore pour certains d’entre eux d’une édition critique.

 

 

  1. L’ÉCRITURE

I.1. Les premiers éléments venant de l’écriture.

Avoir affaire à des textes, c’est avoir affaire à l’histoire et à l’interprétation ; et conséquemment à leur dialectique que nous ne dominons pas pleinement étant nous-mêmes situés dans l’histoire. Ce que nous pouvons dire c’est que l’histoire commence quand le texte est écrit, l’interprétation quand le texte est lu. Si l’interprétation se clôt avec la détermination du maître en ce qui concerne les Sentences, l’histoire, elle, est relancée par toute lecture qui aboutit à une nouvelle écriture, d’où le passage des Sentences à leurs commentaires.

Quant à nous, afin d’éviter autant que possible nos préjugés de lecture, et de manière à délimiter « un degré zéro » de lecture, nous pouvons partir de notre pratique de médiéviste. Nous effectuons ainsi un premier groupement qui concerne les supports de l’écriture : pour tout texte, en effet, nous pouvons fixer les éléments suivants qui forment une série :

 

Texte manuscrit édition traduction

 

Le texte peut se trouver copié dans un manuscrit, publié dans une édition et présenté dans une traduction. En ce qui concerne les Sentences de Pierre Lombard, qui nous occupent, un deuxième groupement se rapporte aux auteurs : pour un texte des Sentences, en effet, nous trouvons une source et sa reprise par un commentaire, par exemple (le choix qui est fait ici de Bonaventure s’expliquera au fur et à mesure de lui-même) :

De Trinitate

Augustin P. Lombard Bonaventure

Cet ouvrage est écrit par Augustin, cité par le Lombard et repris par Bonaventure. Mais il faut ajouter une précision. De fait, matériellement, nous n’avons pas affaire à un texte entier, mais bien à un extrait, à chaque fois à une citation. Ce qui donne la série suivante :

« citation »

Augustin P. Lombard Bonaventure

 

I.2. Les premiers tableaux.

Nous pouvons associer ces deux groupements, celui des auteurs et celui des supports, que nous avons appelés des « séries », de manière à constituer une « série de séries », c’est-à-dire un « tableau ».

 

« citation » manuscrit édition traduction
Augustin cod. xxx CCL BA
P. Lombard cod. xxx Quaracchi Le Cerf
Bonaventure cod. xxx Quaracchi PUF

 

Comme nous le voyons ce rapport entre ces 2 séries, l’une horizontale et l’autre verticale, est un rapport d’identité. Il s’agit effectivement de la même citation dans la série 1 et dans la série 2. C’est une même citation qui est copiée, éditée et traduite, que nous trouvons dans les Sentences de P. Lombard, et qui relie le texte d’Augustin et celui de Bonaventure. Prenons un exemple : « User de quelque chose, c’est l’assujettir au pouvoir de la volonté » (Augustin, La Trinité, X, 11, 17 ; P. Lombard ; Sent. I, chap. III (3), n. 1 ; Bonaventure, I Sent. 1.1, q.1, arg. 2).

« User … » manuscrit édition traduction
Augustin cod. xxx CCL 50, p. 330 BA 16, p. 155
P. Lombard cod. xxx Quaracchi I, p. 57 LC 1, p. 146
Bonaventure cod. xxx Quaracchi I, col. 30a PUF, p. 26

 

La citation sera donc un élément de base de notre recherche, l’objet spécifique que définit notre étude. Ce rapport d’identité est notre point d’appui ; et il sera le premier rouage de notre site, puisque c’est en fonction de chaque citation que sera mise en œuvre l’intertextualité. Nous retrouvons ici toute la force des Sentences de Pierre Lombard, dans la mesure où nous les considérons comme le centre de la théologie médiévale. Tout écrit théologique peut de droit se retrouver cité en elles, et s’en trouver par la suite renouveler grâce aux commentaires qui vont suivre. Ce qui montre, conséquemment, la pertinence d’un site dont l’axe sera ces mêmes Sentences. Centralité et pertinence qui s’épanouissent dans cette double convergence où sont réunis le travail du Lombard et des commentateurs, lors de l’écriture des Sentences et celle des commentaires, et le travail des médiévistes qui en proposent aujourd’hui une écriture informatique.

 

I.3. L’élément et l’ensemble.

A partir de notre exemple ou encore de la présentation formelle construite à partir du rapport d’identité que constitue la citation, objet de notre étude, nous pouvons envisager d’étendre notre champ de recherche à l’ensemble des citations présentes dans les Sentences, toujours selon le même schéma.

« citation » manuscrit édition traduction
Augustin (ou x) cod. xxx CCL BA (ou x)
P. Lombard cod. xxx Quaracchi Le Cerf
Bonaventure (ou x) cod. xxx Quaracchi (ou x) PUF (ou x)

 

Comme on le voit, il serait possible, voire souhaitable, de réaliser une telle fiche pour toute citation. Ce qui peut être considéré comme un premier objectif.

Mais revenons à la constitution de notre tableau, puisque plusieurs questions se posent immédiatement. Chacun de ses éléments pose différents problèmes habituellement rencontrés par le médiéviste.