Le site “Les Sentences de Pierre Lombard” : la citation (I).

Notre intention est de mettre en ligne un ouvrage du XIIème siècle (texte latin de 1200 pages ; la traduction française, réalisée par l’un de nous, est achevée (Editions du Cerf, 2012/15), à savoir les Sentences de Pierre Lombard. Cet ouvrage fut le manuel de théologie des Universités médiévales européennes, et tous les futurs maîtres devaient l’avoir commenté avant d’enseigner eux-mêmes. A ce premier ouvrage, nous proposons d’y associer les commentaires les plus importants (Thomas, Bonaventure, etc.), et de mettre cet ensemble en ligne (en latin et en français, pour commencer) ; puis de lier l’ensemble de ces textes par des liens hypertextes à travers leur propre intertextualité médiévale, à savoir à travers les auteurs qu’ils citent les uns et les autres ; ces textes remontent ainsi jusqu’aux philosophes grecs. Finalement, ce site regroupe vingt siècles de pensée occidentale par l’entremise d’un seul ouvrage… – Concrètement, en tant qu’internaute, vous êtes en train de lire un texte ; vous trouvez une citation ; vous cliquez sur le texte de la citation et vous vous retrouvez sur la page du texte original d’où a été tirée cette citation (grâce à l’hyperlien). Vous découvrez ainsi la manière dont l’auteur a travaillé ; et comment tous se reprenaient les uns les autres pour se contredire ou pour renforcer leur propre pensée : telle est l’intertextualité médiévale.

Une comparaison. Prenons l’exemple du maître d’œuvre d’une cathédrale. Regardez ces plans ; vous n’avez pas de vue de dessus, comme le font les architectes d’aujourd’hui. Le maître d’œuvre médiéval établit ses plans de l’intérieur du bâtiment, et les développe de la même façon. Il se situe donc de la même manière que celui qui, plus tard, viendra assister aux offices célébrés dans la cathédrale. C’est de ce centre là qu’il faut « comprendre » la cathédrale. De même, les mesures qu’il utilise sont liées au corps humain (la paume, la coudée, etc.). C’est donc bien à partir d’un corps humain présent à l’intérieur de la (future) cathédrale que celle-ci doit se construire. Il en est de même pour les Sentences et les commentaires. Tout comme celui qui assiste à l’office à la cathédrale retrouve la place du maître d’œuvre, le lecteur doit pouvoir reprendre la place de l’auteur, lorsqu’il lit les Sentences ou les commentaires.

Hypertexte informatique et intertextualité médiévale. Nous devons regagner la place de l’auteur. Nous le faisons en retrouvant les matériaux dont il a usé pour composer son œuvre. Ce principe s’applique tout particulièrement à ce genre de textes, où la plus grande partie est la reprise d’œuvres antérieures, d’extraits sélectionnés, de citations. C’est pourquoi la « citation » est le lieu où vont effectivement se rencontrer l’hyperlien informatique et l’intertextualité médiévale. C’est ainsi que l’hyperlien informatique, qui reliera toutes ces œuvres entre elles, a été pensé et voulu pour notre site, en conformité avec l’intertextualité des textes médiévaux eux-mêmes.

Notre site qui se base sur la « citation », montre que ce genre de textes se construit effectivement autour de la « citation », dans son écriture comme dans sa lecture, dans son écriture d’hier, comme dans sa lecture d’aujourd’hui. Tout étudiant, par conséquent, et pas seulement le spécialiste, pourra grâce à l’hyperlien informatique, retrouver l’intertextualité médiévale. En faisant l’un (suivre l’hyperlien), ce que chacun peut faire ; il fera l’autre, ce que le spécialiste lui aura préparé (l’intertextualité) dans ce site. Un tel site sera donc ouvert à tous, et permettra à tous, pas seulement aux chercheurs, de progresser.