Conf. du 17 mai 2015 (5)

  1. Gilbert de Poitiers.

A la raison dialectique qui oppose deux sentences et mesure leur force à la manière d’une joute, Gilbert substitue une raison herméneutique capable de rendre compte de la variété et de la différence des énoncés théologiques. Il écrit ainsi dans son Com. sur le De Trinitate de Boèce : « Quand les propositions contradictoirement opposées, qui constituent la question, paraissent toutes deux vraies, il faut rechercher de quels lieux relèvent les expressions dont l’ambiguïté engendre le doute [1] ». Au maître en théologie revient précisément de se défaire au cours de cette confrontation du faux-semblant de cette opposition, pour atteindre à la vérité du questionnement. Le problème est le suivant. La méthode dialectique avait su arrêter le processus indéfini et centrifuge des gloses qui, sous prétexte de vouloir tout expliquer, en venaient à un morcellement de la compréhension au détriment de l’intelligence du texte, comme il ressortait du caractère fragmentaire des sentences et de leur opposition due à leur signification nécessairement partielle, et donc imparfaite. Mais n’existerait-il pas un processus centripète ? N’y aurait-il pas matière à reconsidérer, au-delà du simple usage de la raison en théologie, les modalités d’articulations de la raison à la foi ? S’il est vrai que les commentaires patristiques succèdent historiquement à la sainte Ecriture, les docteurs aux Pères et les maîtres en théologie aux docteurs, la raison herméneutique, que mettent en œuvre ces différents commentaires à travers les âges, n’est en rien un processus de déperdition, mais une conquête de l’intelligence de cette foi qui animait les Pères et doit toujours animer chaque commentateur à tout moment de l’histoire. Encore fallait-il se saisir de cette intelligence, non pas formellement comme manière a priori de «conjuguer la foi et la raison», ainsi que le dit Boèce, mais à travers la mise en œuvre qui s’est effectivement réalisée au cours de l’histoire de l’Eglise.

Pour Gilbert, le théologien ne peut s’arrêter à la signification. Il doit à partir d’elle remonter jusqu’aux raisons qui rendent compte de l’expression ou de la formulation de la sentence. Il écrit ainsi : « Notre intention étant de ne présenter rien de notre propre autorité mais de rapporter les sentiments de notre auteur, que nous avons saisis par la médiation de la signification, nous faisons porter notre attention, non seulement sur les expressions, mais encore sur les raisons qui les justifient [2] ». Pour ce faire, Gilbert distingue entre «l’intelligence que les écrits suggèrent et celle dont ils procèdent». En effet, « la parole ne livre pas, en signifiant l’objet, tout ce que l’intellect en a conçu. Il en va de même pour la signification d’un écrit par rapport au concept de l’auteur. Il est donc clair que celui qui […] lit quelque chose apprécie bien sans doute le concept […] de l’écrivain à partir de ce que lui livre la signification, mais qu’il ne décide correctement, par contre, sur l’objet, qu’à partir du sentiment de ce même écrivain […]. C’est pourquoi [Boèce] a raison d’écarter de la lecture de son présent écrit tous ceux qui font fi de cette intelligence de l’écrivain, dont procède son langage ou son écrit, et pensent que la signification suffit pour juger de l’objet, ou bien qui, s’ils rencontrent quelque point où fait défaut la direction d’une signification certaine, ne s’efforcent pas tant d’opérer le rapport qui convient à la vérité que l’accord qui convient à la signification [3] ».

Avec Gilbert, la théologie renoue donc avec la vérité. Sans évidemment négliger la signification, son herméneutique ne se place pas au-dessus de l’autorité des Pères. Elle n’est pas ce qui les mesure, mais ce qui leur prête ou leur donne en partage sa propre mesure. Toutefois, la méthode de Gilbert ne s’oppose pas à celle d’Abélard dans la mesure où cette dernière ne se veut pas exclusive. Ces deux méthodes sont complémentaires et c’est bien ainsi que P. Lombard l’entend et dont il use dans les Sentences.

  1. Pierre Lombard. Lombard use des mêmes méthodes que ses prédécesseurs pour rassembler les sentences des Pères ou des maîtres, afin de pouvoir en assurer la confrontation, de manière non seulement d’être à même de les juger, mais afin également d’être à son tour en mesure de produire une nouvelle sentence grâce à sa détermination magistrale dans laquelle s’exprime sa position personnelle. Comme beaucoup de ses contemporains, il s’agit de parcourir le chemin qui va de la sentence patristique à la sentence magistrale. P. Lombard indique dès le «Prologue» l’usage qu’il compte faire des sentences patristiques. Il écrit en effet : « Rassemblant les sentences des Pères en un bref volume, on y a placé leurs témoignages l’un près de l’autre, pour que ne soit pas nécessaire à celui qui s’interroge d’ouvrir une grande quantité de livres. Ce bref recueil lui offre sans effort ce qu’il cherche », Prol., 5. Par contre, il n’indique pas explicitement le mode de questionnement qu’il compte employer. Il nous précise, toutefois, son intention. Dans le Livre I, par exemple : « Quant à nous désirant lever la contradiction qu’on voit entre ces autorités… » (1, 3, 9) ; « afin de chasser ce qui semble un désaccord au milieu de nous » (13, 4, 4) ; « Désirant, par conséquent, faire disparaître ce qui semble une incompatibilité… » (38, 1, 8). Pour lui, il ne s’agit pas de faire triompher une sentence sur une autre, de remplacer deux sentences incompatibles par une troisième, mais bien de rendre compte de la contradiction pour la dépasser.

9. Architecture de la distinction VIII du Livre I.

1 : Ex. 3, 14 ; puis la glose de Jérôme, laquelle engendre un débat. Conclusion avec Hilaire.

2 : 1 Tm 6, 16 ; puis l’explication d’Augustin.

3 : Nous n’avons pas de texte biblique concernant explicitement la simplicité de Dieu (simplicité de l’homme) ; la problématique, probablement contemporaine pour le Lombard, vient d’Abélard, même si P. Lombard remonte au texte même d’Augustin (7, note 3).

8.1 : la sentence de P. Lombard. : il n’y a rien en Dieu qui ne soit Dieu.

8.2 : l’exception : la trinité des personnes. Ce qui ouvre sur la Distinction IX.

10. Conclusion. Pierre Lombard n’est pas docteur de l’Eglise. Les critiques vont s’accumuler au cours des siècles. Mais quel maître n’a jamais été critiqué ? Ce que retient l’histoire, est la vue d’ensemble. C’est elle finalement qui donne à penser et qui fonde pour des siècles une culture. C’est ce que rappelle le pape Benoît XVI dans une de ses catéchèses : « Le grand mérite de Pierre Lombard est d’avoir mis en ordre tous les documents, qu’il avait rassemblés et sélectionnés avec soin, d’une manière systématique et harmonieuse. En effet, une des caractéristiques de la théologie est d’organiser de manière unitaire et ordonnée le patrimoine de la foi […]. La vision d’ensemble qui s’en retire, inclut presque toutes les vérités de la foi catholique. Ce regard synthétique et la présentation claire, ordonnée, schématique et toujours cohérente, expliquent le succès extraordinaire des Sentences de Pierre Lombard. Elles permettaient un apprentissage sûr pour les étudiants, et un large espace d’approfondissement pour les maîtres, les enseignants qui s’en servaient. »

[1] G. de Poitiers, Commentaire sur le De Trinitate de Boèce, I, 3, 3, prol. (éd. cit., p. 63).

[2] G. de Poitiers, Commentaire sur le De Trinitate de Boèce, I, 1, 7, prol. (éd. cit., p. 54).

[3] G. de Poitiers, Commentaire sur le De Trinitate de Boèce, I, 3, 20.22, prol. (éd. cit., p. 67).