Conf. du 17 mai 2015 (4)

  1. Anselme de Laon.

Anselme, directeur de l’école cathédrale vers 1080, est à l’origine de l’établissement des gloses, c’est-à-dire des courtes sentences tirées des Pères, qui doublent le texte biblique afin d’en faciliter l’intelligibilité. On connaît deux formes de gloses : la glose ordinaire et la glose interlinéaire. La glose interlinéaire a pour but l’explication littérale ou la définition des mots du texte sacré. Elle concourt ainsi à la compréhension du sens littéral (sensus). La glose ordinaire, elle, a pour but l’explication de passages entiers, cette glose fournit une sentence (sententia), entendue comme commentaire. L’entreprise d’Anselme sert de modèle, car avec lui s’inaugure la série des «livres de sentences», c’est-à-dire des recueils de citations des Pères de l’Eglise, classées par ordre de matières. Mais au-delà d’un simple programme de lecture, de quête d’informations et de classement des sentences, le travail d’Anselme a consisté, au nom même de l’intelligibilité recherchée, à distinguer le niveau de la révélation biblique et celui de son interprétation, puisque la sainte Ecriture ne se réduit pas aux sentences que le théologien peut en tirer. L’énoncé biblique et la proposition sententiaire seront donc à jamais de niveaux différents. La théologie va ainsi naître progressivement de sa contredistinction d’avec l’Ecriture. La théologie ne peut pas, en effet, ne pas renvoyer à la sainte Ecriture, mais elle le fait qu’après s’en être distinguée selon une méthode qui lui est propre et qu’elle apprend peu à peu à formuler. La théologie commence avec la distinction de ces deux niveaux : celui du texte sacré et celui de la sentence, c’est-à-dire du sens qu’on en tire. La théologie sera ainsi une théologie de sentences. Cependant Anselme se contente de ranger les sentences patristiques selon un ordre des matières, mais sans juger entre des sentences contradictoires, ou du moins, puisqu’il est bien amené à choisir entre les autorités, sans en donner la méthode objective. C’est au contraire sur ce point que voudra insister le renouveau théologique.

 

  1. Pierre Abélard.

Abélard dispose d’une conception de la sentence [1] qu’ignorait Anselme de Laon, selon laquelle sensus désigne la pensée de l’auteur, ce qu’il est à même de penser, tandis que sententia désigne l’expression qu’il en donne dans la formulation, du moins l’estime-t-il, la plus adéquate. L’exemple type en est la maxime. La sententia ne signifie donc plus l’opinion que l’auteur avait dans l’esprit, mais la proposition en laquelle elle s’exprime. La conséquence qu’en tire Abélard est que toute sentence, que le maître tire du texte biblique, n’a pas pour fonction première de dire la vérité du texte sacré, mais d’en énoncer une formulation conforme aux règles de la dialectique : «Nous ne promettons certes pas d’enseigner […] la vérité qui […] ne peut être connue ni par nous ni par aucun des mortels – mais du moins nous aurons la satisfaction d’offrir quelque chose qui soit vraisemblable, proche de la raison humaine sans être contraire à l’Ecriture […] Ce qui est vrai, le Seigneur le sait ; ce qui est vraisemblable […], je pense que je vais le dire [2] ». Ainsi, il y a bien toujours deux niveaux : celui de la sainte Ecriture et celui du commentaire, car la vérité de l’Ecriture n’est pas matière à disputes, tandis que la vraisemblance de la sentence, elle, reste matière à discussion. Toutefois, là où ajouter un texte à un autre, ainsi que le faisaient les anciens maîtres, apparaît nécessairement comme un processus centrifuge par rapport à la compréhension recherchée et que la surcharge des gloses peut s’avérer indéfinie – car qui va juger que l’explication est suffisante, qu’une sentence a effectivement atteint la clarté nécessaire ? -, la dialectique d’Abélard va permettre de dépasser cet état de fait et de parvenir, de droit, à une conclusion ferme parce qu’appuyée sur des raisons que tous peuvent reconnaître.

[1] Quintillien, Les institutions, VIII, 5 (Paris, Budé, 1975, t. VII, p. 94s.) : « L’usage a fait en sorte que nous appelons «sens» ce que conçoit l’esprit, mais «sentences» les figures présentes principalement dans les conclusions », – qu’Abélard retrouve dans les Etymologies (II.2) d’Isidore de Séville (PL 82, 131).

[2] P. Abélard, La théologie «du Bien suprême», II, prol. (trad. J. Jolivet, Paris, Vrin, 2002, p. 60).