Conf. du 17 mai 2015 (3)

  1. L’Ecriture, les Pères de l’Eglise et le Moyen Age.

La théologie se définit dans un rapport plus ou moins immédiat à la sainte Ecriture. Les Pères de l’Eglise furent les premiers à établir un tel rapport. Les médiévaux qui viennent à leur suite, s’en veulent non seulement les continuateurs, mais également les imitateurs. Pour eux, et cela jusqu’au milieu du XIIIème siècle, la théologie n’est pas autre chose que la sacra Scriptura, à savoir la sainte Ecriture accompagnée de l’explication qu’en donne le commentaire autorisé des Pères. Aux médiévaux échoit donc de comprendre les modalités du rapport à l’Ecriture qu’avaient institué les Pères, de devoir ce faisant rendre compte de leur manière de se situer par rapport aux Pères et de pouvoir en conséquence accomplir à leur tour et pour leur temps cette œuvre de commentaire.

C’est aux hommes du XIIème siècle que revient le mérite d’avoir clairement situer la problématique théologique de cette époque, et notamment à G. de Poitiers, contemporain de P. Lombard. Que veut dire en effet, selon lui, commenter les Pères ? Nous pouvons formuler sa réponse de la façon suivante : comprendre le rapport aux Pères équivaut à comprendre comment le De Trinitate de Boèce (~480-524) avait été écrit en référence au De Trinitate d’Augustin (354-430). Il s’agit pour lui de se situer vis-à-vis de Boèce comme Boèce s’était situé vis-à-vis d’Augustin, non pas pour en rester à Boèce, mais pour en venir à son tour à la sainte Ecriture, à laquelle Augustin comme Boèce avaient voulu renvoyer. Voilà ce dont doit répondre le théologien médiéval, tout comme Boèce répondait d’Augustin[1] et Augustin du sens de l’Ecriture ; et tel est le rôle qu’entend effectivement jouer Gilbert pour son temps comme Boèce le jouait pour le sien. Toutefois, si avec Boèce il convient toujours de «conjuguer la foi et la raison[2]», pour la théologie de Gilbert il ne s’agit plus de tout dire sur l’auteur en question, de le répéter, mais donner à voir ce qu’il voyait, quitte à modifier son discours : « nous nous abstenons […] de dire et […] tout ce que nous savons que notre auteur a pensé. Il est, en effet, deux sortes de “voyants”, l’une, celle des auteurs, qui donnent leur propre avis, l’autre, celle des commentateurs, qui rapportent l’avis d’autrui. Et, parmi les commentateurs, les uns sont de simples répétiteurs, qui reprennent les paroles mêmes des auteurs et pour le même propos ; les autres sont des exégètes, qui expliquent en termes plus connus ce que les auteurs ont exprimé d’une manière obscure. Faisant, pour notre part, fonction, parmi les commentateurs, d’exégète, et non de répétiteur, aux transpositions de mots nous avons substitué l’ordre normal, aux figures l’enchaînement logique, aux tournures insolites les tournures régulières, en en indiquant à chaque fois la cause ». Ce que fait ici Gilbert par rapport à Boèce, le Moyen Age l’entreprend pour l’ensemble des Pères. C’est cet immense travail de relecture et de commentaire qui va motiver les maîtres médiévaux. Or, lors de la mise en œuvre de ce programme, les théologiens rencontrent un grand nombre de problèmes. Nous retenons ici les trois principaux : la quantité impressionnante de textes patristiques ; le désaccord apparent ou réel entre les Pères ; le processus irréversiblement centrifuge des gloses. C’est de la résolution connexe de ces difficultés que va naître la «théologie des sentences». Deux solutions, finalement complémentaires vont se proposer à elle : trancher entre les énoncés des Pères par la dialectique (P. Abélard) ou harmoniser leurs pensées par l’herméneutique (G. de Poitiers). Ce travail de résolution va cependant demander plusieurs années.

[1] Boèce pouvait en effet écrire à l’adresse de son lecteur en De Trinitate, Prol. : « C’est à vous, écrit-il à Symmaque, qu’il convient d’examiner si les semences des raisons qui proviennent des écrits du bienheureux Augustin ont, en venant à nous, produit quelque fruit » (PL 64, 1249).

[2] Boèce, La prédication, II (PL 64, 1302).