Conf. du 17 mai 2015 (2)

  1. L’adoption des Sentences par l’Eglise.

Latran III (1179) et le Livre III. P. Lombard meurt en 1160. En 1164, 1170 et 1177, le pape Alexandre III met plusieurs fois en garde les autorités ecclésiastiques contre son enseignement christologique. Le point (d.5-7) qui a été censuré par le pape Alexandre III, aurait pu entraîner un déclassement définitif des Sentences. Mais le Concile de Latran III ne condamne pas P. Lombard, malgré les attaques de Gerhoch de Reichesberg (1092/94-1169)[1] du vivant du Lombard, ou après sa mort de la part de Jean de Cornouailles[2] et Gauthier de Saint-Victor[3]. Or, P. Lombard avait déjà reconnu lui-même l’insuffisance de sa présentation. A la fin de son exposé en effet, il écrit « que les choses qui viennent d’être dites ne suffisent pas à instruire cette question » (d.7, 25, 3) ; et lui-même invite alors son lecteur à lire d’autres textes et à reprendre la discussion.  De fait, le pape ne le condamne pas. Que veut dire l’attitude du Pape ? Auteur lui-même d’un recueil de sentences[4], il connaît non seulement la difficulté de la tâche, mais aussi sa nature. S’il intervient pour interdire la diffusion de certaines thèses christologiques du Lombard, il n’interdit pas l’enseignement même des Sentences. Un maître peut se tromper dans l’une ou l’autre de ses solutions ; son mérite est d’avoir su poser le débat et de l’avoir argumenté. D’autres mieux informés sur la pensée des Pères, plus habiles à manier la dialectique, seront en mesure de proposer une meilleure solution. De même qu’un maître peut trancher entre deux sentences, celles des Pères ou celles d’autres maîtres, de même il peut lui-même être supplanté par un autre maître. L’erreur doctrinale est un risque, et le Pape doit nécessairement en limiter les effets ; mais c’est un risque à prendre pour le développement même de la théologie.

Latran IV (1215) et le Livre I. Ce concile est celui de la reconnaissance définitive du travail accompli par P. Lombard. Joachim de Flore (~1130-1202) avait vivement critiqué la doctrine trinitaire du Lombard dans un certain Tractatus sive libellus contra magistrum Petrum Lombardum aujourd’hui perdu. Le concile, sous la présidence d’Innocent III, reprend cette critique et se prononce en faveur de P. Lombard et condamne Joachim de Flore. Mais, plus important encore, le canon conciliaire reprend le texte même du Lombard (d.15, 6), mis en cause par Joachim, pour renouveler et préciser la foi trinitaire de l’Eglise : « Quant à nous, avec l’approbation du saint concile universel, nous croyons et affirmons, avec maître Pierre [Lombard], que … ». Ce faisant, la reconnaissance du Lombard de la part de l’Eglise n’est pas seulement la sienne, mais celle du travail de tous les médiévaux. L’Eglise peut exprimer des réserves au sujet de certains maîtres, elle peut censurer certaines thèses, mais elle est aussi en mesure d’entériner telle ou telle sentence d’un maître pour en faire sa doctrine universelle. La théologie médiévale atteint ainsi son objectif, et même le dépasse. Elle s’était essayée à repenser la parole des Pères de l’Eglise. Pleine de respect, elle les appelait «les Saints». Comment aurait-elle pu en effet les égaler ? Mais à présent sa doctrine devient celle de l’Eglise. P. Lombard en est le témoin privilégié.

[1] Voir Gerhoch de Reichesberg, Lettre XV (PL 193, 541ss) et la mention explicite de P. Lombard (547d), et la réponse d’Eberhard de Bamberg, Lettre XVI (PL 193, 552ss).

[2] Lequel accuse P. Lombard de « nihilisme christologique », à savoir qu’à la question : Dieu qui se fait homme est-il devenu quelque chose ou non ?, P. Lombard a répondu non. Voir Jean de Cornouailles, Lettre au Pape Alexandre III (PL 199, 1041ss ; éd. N.M. Häring, « The Eulogium ad Alexandrum Papam tertium of John of Cornwall », Medieval Studies, XIII, p. 253ss. En 1170, Alexandre demande ainsi à l’archevêque de Sens de supprimer « l’enseignement erroné de Pierre, autrefois évêque de Paris, par lequel il est dit que le Christ selon qu’il est homme n’est pas quelque chose (Christus secundum quod est homo non est aliquid) … ». CUP I, introd. n.3. (éd. Denifle H. et Chatelain E., Chartularium Universitatis Parisiensis, 4 vol., Paris, 1889-1897).

[3] Gauthier de Saint-Victor, Contra quatuor labyrinthos Franciae (CCCM 30, 11-185).

[4] Orlando (Roland) Bandinelli, Les sentences, éd. A.M. Gietl, Fribourg-en-Brisgau, 1891.