Conf. du 17 mai 2015 (1)

Pierre Lombard et la théologie des sentences.

  1. Quelques dates : Pierre Lombard : 1095-1160. Chanoine de Notre-Dame de Paris au plus tard en 1145. A partir de 1147, le pape Eugène III le prend comme conseiller théologique. En 1148, il prend position pour Bernard de Clairvaux contre Gilbert de Poitiers (position qu’il réitère dans les Distinctions 33-34). La rédaction des Sentences date de 1155-1157. Elles ne peuvent être antérieures à 1154 : le Maître cite en effet La foi orthodoxe de J. Damascène (~650-750), ouvrage grec qui vient d’être traduit en latin, et dont il ne prend connaissance qu’en 1154 lors d’un voyage à Rome. Ce ne peut être postérieur à 1158, puisque l’année 1158-1159 est occupée par la révision des gloses sur les Lettres de Paul et sur les Psaumes. Nous pouvons toutefois distinguer une première rédaction entre 1155-1157, et l’année 1157-1158 où le Maître lui-même expose son ouvrage au public, y adjoignant diverses gloses, corrections et sources. Le manuscrit original des Sentences est perdu. Il se trouvait encore en 1271 dans la bibliothèque du Chancelier de l’Université de Paris, destiné à l’usage des étudiants. En 1159, à la mort de Théobald, Pierre Lombard est élu Evêque de Paris. Il meurt le 20 juillet 1160 ; il est enterré dans l’église Saint-Marcel, laquelle fut détruite en 1793.
  1. Les Sentences : Les Sentences de P. Lombard se développent en 4 livres : Le livre I présente la doctrine trinitaire. Le livre II concerne la création, la grâce et le péché. Le livre III expose la christologie et ce qui concerne les vertus, les commandements et les dons. Le livre IV expose la théologie des sacrements et des fins dernières. Cette doctrine chrétienne a pour fondement la théologie augustinienne autour de laquelle sont rassemblés l’enseignement patristique (Ambroise, Jérôme, Hilaire, Grégoire, etc.) et celui des maîtres (P. Abélard, G. de Poitiers, H. de Saint-Victor, etc.) ; la théologie orientale y est représentée, pour l’essentiel, par La foi orthodoxe de J. Damascène. L’édition critique comprend deux volumes (1971-1981) ; ce qui donne un ouvrage de plus de 1100 pages.

– Lombard recueille le labeur théologique de ceux qui l’ont précédé. La réussite des Sentences est d’avoir rassemblé les principaux matériaux théologiques venus des Pères. De fait, si le Lombard y présente, à travers quatre livres, «toute la matière d’un exposé très complet de la doctrine chrétienne[1]», c’est «la forme de la quaestio [qui] s’impose à l’ordre des matières[2]». Prenant la relève des ouvrages de P. Abélard que de G. de Poitiers, la grandeur de ce manuel est d’avoir su accorder à chacun, à tel Père, à tel docteur, à tel maître, la place qui lui revient. Mais la méthode théologique mise en œuvre était définitivement à même de reprendre toute question et de renouveler ses solutions. Si, nous allons le voir à l’instant, la raison herméneutique porrétaine permettait de justifier chaque énoncé dans son ordre de vérité, la raison dialectique abélardienne permettait de juger, voire de trancher entre les sentences, là où le théologien souhaitait déterminer sa propre solution face aux autorités en présence. Quitte à pouvoir toujours mieux reformuler sa pensée. Forte de cette méthode, susceptible de rassembler le savoir théologique accumulé par les siècles au fur et à mesure de sa recension, la théologie des sentences devenait ainsi à même d’intégrer en son propre discours tous les autres savoirs (philosophie, science, etc.). Il suffira au siècle suivant de substituer l’ordre des raisons à l’ordre de la révélation biblique pour passer des sommes de sentences aux sommes de théologie.

[1] J. Verger, Culture, enseignement et société en Occident aux XIIe et XIIIe siècles, Rennes, PUR, 1999, p. 75.

[2] A. de Libera, La philosophie médiévale, Paris, PUF, 1993, p. 340. Il s’agit de question dans le sens où, ainsi que le dit A.M. Langraf qui, dans son Introduction à l’histoire de la littérature théologique de la scolastique naissante, Paris, Vrin, 1973, p. 46, renvoie ici à G. de Poitiers (PL 64, 1258a. 1323) : « Le simple fait de soulever un problème n’était pas considéré comme une Quaestio. Celle-ci était considérée comme réalisée, uniquement quand on avait avancé d’abord les arguments pour et contre la thèse et donné ensuite seulement la solution de l’apparente contradiction ».