Boston conference, English version

BOSTON CONFERENCE (Short Version)

I. The Master’s book. II. Peter Lombard and the Sentences; 2c. Presentation of the site.III. The GRPL. IV. Our practice.

 

I. The Master’s book.

According to a medieval adage, the master is the one who opens the book. He opens it because he has understood it and knows how to convey to others what he has learned from it. There is no book without master : a master who can understand it and explain it to others.

For Christians of the Middle Ages this dynamic begins with Philip, the deacon of Jerusalem. We know the narrative of Philip’s meeting with the Ethiopian eunuch, senior official of Queen Candace, in the Acts of the Apostles (8, 29–31): “And the Spirit said to Philip: Go near, and get on his carriage. And Philip, running up to him, saw that he was reading Isaiah the prophet, and said to him, Is the sense of what you are reading clear to you? And he said: How is that possible when I have no guide? ”

Likewise, according to medieval Christians, commenting on Scripture and communicating the truth rightfully belonged to the Fathers. In fact, a similar situation obtained for all the books that one could read. From Hugh of Saint-Victor’s Didascalicon, for example, we know the desire of the twelfth century to connect all science or knowledge to an author, understood as founder of this science or this knowledge. This is even more so in the thirteenth century, which goes on to identify the person and function: Aristotle is the Philosopher, Averroes is the Commentator.

Finally, with the licentia docendi the function of master of theology appears, whose chair would soon be established at the university. However, according to the hierarchical constitution of the medieval guilds, the master remains a magister operis: someone who puts the discipline he teaches to work. The point here is not to claim a title and the privileges that accompany it, but, in accordance with the Dionysian hierarchies, to be able to transmit this same function to those who follow. The master opens the book: let’s listen to him.

 

II. Peter Lombard and the Sentences

But who is the master? Who can answer this question? The medievals themselves respond: Thomas of Aquinas, Bonaventure, Albert the Great, Alexander of Hales say so in their commentaries on the Sentences. The Master is Peter Lombard. That title does, indeed, go to Lombard, because throughout the Middle Ages teaching the Sentences, the Four Books of Sentences, made it possible to become master in turn.

Following the recommendation of the Fourth Lateran Council (1215), the Sentences of Peter Lombard became the basic textbook of theology for the European universities from the thirteenth to the sixteenth century, and even through the seventeenth century in Spain. That is indicative of their importance. The brightest minds of this period—Thomas of Aquinas, Bonaventure, Duns Scotus, among many others—were led to study the text, since it was necessary to produce a commentary on the Sentences to obtain the title of master, and only then to occupy a chair of theology.

The Book I presents the doctrine of the Trinity.

The Book II concerns creation, grace and sin.

The Book III describes Christology and the Christian life.

The Book IV presents the theology of the sacraments and Last Things.

 

Note that Peter Lombard, who died in 1160, wrote his famous Sentences between 1155 and 1157, before preparing a second version in 1157 to 1158.

 

Presentation of the site: big screen

– authors

– books

– citations

– sources

– index cards

 

III. The GRPL (The Research Group Peter Lombard)

So much is clear: no medievalist can ignore the Sentences and their commentaries. Whoever the author in question, he had to comment on the Sentences to obtain his master’s degree. Any academic study of a particular author should therefore take the Sentences commentary by that author into account, at least as an early work; and it should show the evolution of the author’s thought (or the absence of such evolution) in relation to the first work. Knowing the Sentences and the commentary tradition is therefore essential for the entire field of medieval studies.

It is from this perspective that our research group, affiliated with the Institute of Medieval Studies (IEM) at the Catholic Institute of Paris (ICP), has given itself the name “Peter Lombard Research Group” (GRPL). This group is now ten years old. Between 2012 and 2015, we completed the French translation of the Sentences. And on 28 January 2016, we opened the site that I just presented.

This site is therefore only six months old. Our ultimate project is as follows: to connect all these texts through hyperlinks by following the logic of their own medieval intertextuality, that is to say, through the authors as they cite each other.

— Concretely, as user, you are reading a text ; you find a citation ; clicking on the text of the citation, you will find yourself on the original page from which this citation was pulled (through the hyperlink). In this way, you will find out how the author worked; and how authors repeat each other in order to contradict each other or to confirm their own thinking. This is how medieval intertextuality functions.

 

 

IV. Our practice.

Our research group wanted to answer a twofold question:

How to enable the beginner to take advantage of the work of the specialist?

How to put the computer tool at the service of the medieval text?

 

The first is an ethical question: we wish to pass on to as many people as possible what we have learned from the Middle Ages. The second is an epistemological question. The French philosopher Gaston Bachelard has taught us that the technical tool is not neutral, that the tool is not simply an extension of our senses, but is already a theory that defines our relationship to the world. We had to learn how to use this tool without betraying the medieval text.

Our group has provided a unique answer to this twofold question. This answer, I think, is what has made writing and reading our site so simple.

 

A comparison. Consider the master-builder, the magister operis of a cathedral. Look at the plans: you do not have a top view, as do today’s architects. Rather, the medieval master establishes his plans from inside the building, and develops them in the same way. He is therefore in the same situation as those who will later attend services celebrated in the cathedral. It is from this center that we must “understand” the cathedral. Similarly, the measures which the master-builder uses are related to the human body (the palm, the cubit, etc.). Therefore it is from a human body present in the interior of the (future) cathedral that it must be constructed. It is the same for the Sentences and their commentaries. Just as the person who attended a service in the cathedral found himself occupying the place of the master of works, so the reader should be able to take the place of the author when reading the Sentences or commentaries. And memory should be the human measure that the reader uses, just as the author himself did.

Here is therefore our answer. We must recapture the place of the author. We do this by retrieving the materials he used to compose his work. This principle applies particularly to those texts which consist mostly of the repetition of prior works, of selected extracts, of citations. This is why the “citation” is the place where the computer hypertext and medieval intertextuality are going to meet. Thus, our site deliberately designed the digital links that will connect all these works with each other in accordance with the intertextuality of the medieval texts themselves. Our site, based as it is on “citation,” demonstrates that these texts are actually built around the practice of citation—in their writing just as in their reading, in their writing yesterday, just as in their being read today.

Hence the answer to the first question. Any student, therefore, not only the specialist, is through the hyperlink able to discover medieval intertextuality. By doing the first (following the link), which everyone is able to do, the user will do the other: namely, discover the intertextuality that the specialist will have made available to him through this site. Such a site is therefore open to everyone.

Conclusion: To conclude, I invite each of you, according to the focus of your research or your favorite author, to join us in order to promote, through your expertise, your favorite author.

 

http://magistersententiarum.com/home

magistersententiarum@gmail.com

 

Intervention du 1 août au BCHT du Boston College (version française)

CONFÉRENCE DE BOSTON (version brève)

 

  1. Le livre du maître. II. Pierre Lombard et les Sentences; 2c. Présentation du site. III. Le GRPL. IV. Notre pratique.

 

  1. Le livre du maître.

Selon un adage médiéval : le maître est celui qui ouvre le livre. Il l’ouvre car il le comprend et qu’il sait transmettre aux autres ce qu’il en a appris. Pas de livre, sans maître. Pas de livre, sans maître pour le comprendre et l’expliquer.

Pour les chrétiens du Moyen Age cela commence avec Philippe, le diacre de Jérusalem. Nous connaissons la rencontre de Philippe avec cet eunuque Ethiopien, haut-fonctionnaire de la reine Candace, dans les Actes des Apôtres (8, 29-31) : L’Esprit dit à Philippe : « Avance et rattrape ce char ». Philippe y courut, et il entendit que l’eunuque lisait le prophète Isaïe. Il lui demanda : « Comprends-tu donc ce que tu lis ? » – « Et comment le pourrai-je, dit-il, si personne ne me guide ? »

De la même façon, selon eux, commenter l’Ecriture et en communiquer la vérité revenait, de droit, aux Pères. Mais, de fait, il en était de même pour tous les livres qu’on pouvait lire. Nous connaissons, par exemple avec le Didascalicon d’Hugues de Saint-Victor, la volonté du XIIe siècle de rattacher toute science ou savoir à un auteur, compris comme fondateur de cette science ou de ce savoir. Et plus encore celle du XIIIe siècle qui en vient à identifier la personne et la fonction : Aristote est le Philosophe, Averroès est l’Interprète.

Enfin, avec la Licentia docendi apparaît la fonction de maître en théologie, dont la chaire s’établira bientôt à l’Université. Toutefois, selon la constitution hiérarchique des corporations médiévales, le maître reste un maître d’œuvre, celui qui met en œuvre la discipline qu’il enseigne. Il ne s’agit pas de s’approprier un titre et les privilèges qui l’accompagnent, mais, conformément aux hiérarchies dionysiennes, d’être en mesure de transmettre cette même fonction à ceux qui suivront. Le maître ouvre le livre : écoutons-le.

 

  1. Pierre Lombard et les Sentences.

Mais qui est le Maître ? Qui peut répondre à cette question ? Les médiévaux eux-mêmes nous répondent : Thomas d’Aquin, Bonaventure, Albert le Grand, Alexandre de Halès le disent dans leur commentaire des Sentences. Le Maître, c’est Pierre Lombard. Ce titre revient, en effet, au Lombard, car l’enseignement des Sentences, des Quatre livres des Sentences, permit tout au long du Moyen Age de devenir maître à leur tour.

 

Suite à la recommandation du Concile de Latran IV (1215), les Sentences de Pierre Lombard deviennent le manuel de base de la théologie des universités européennes du XIIIème au XVIème siècle, voire jusqu’au XVIIe en Espagne. C’est en dire l’importance. Les esprits les plus brillants de cette période – Thomas d’Aquin, Bonaventure, Duns Scot, etc., furent en effet amenés à étudier ce texte, puisqu’il fallait avoir produit un « commentaire des sentences » pour obtenir le titre de maître et pouvoir seulement alors occuper une chaire de théologie.

Le livre I présente la doctrine trinitaire.

Le livre II concerne la création, la grâce et le péché.

Le livre III expose la christologie et la vie chrétienne.

Le livre IV expose la théologie des sacrements et les fins dernières.

 

Précisons que Pierre Lombard, mort en 1160, écrivit ses célèbres Sentences entre 1155 et 1157, avant d’en donner une seconde version en 1157-1158.

 

Présentation du site : au grand écran

– les auteurs

– les livres

– les citations

– les sources

– les fiches

 

 

III. le GRPL

Comprenons-le bien, aucun médiéviste ne peut faire l’impasse sur les Sentences et sur les commentaires. Quel que soit en effet, l’auteur en cause, et dans la mesure où il a quelques importances, celui-ci a dû commenter les Sentences pour obtenir son grade maître. Toute étude universitaire devra donc prendre en compte le commentaire de cet auteur, pour le moins comme une œuvre de jeunesse ; devra montrer l’évolution ou non de la pensée de cet auteur à partir de cette première œuvre, quelle que soit l’œuvre qu’il étudie. Connaître les Sentences et ses commentaires concerne donc tout le champ de recherche des études médiévales.

 

C’est fort de cette perspective que notre groupe de recherche, rattaché à l’Institut d’Etudes Médiévales de l’Institut Catholique de Paris, a pris le nom de Groupe de Recherche Pierre Lombard (GRPL). Ce groupe existe depuis 10 ans. Entre 2012 et 2015, nous avons réalisé la traduction française des Sentences. Et, depuis le 28 janvier 2016, nous avons ouvert le site que je viens de vous présenter.

 

Ce site n’a donc que 6 mois. Notre projet final est le suivant : lier l’ensemble de ces textes par des liens hypertextes à travers leur propre intertextualité médiévale, à savoir à travers les auteurs qu’ils citent les uns et les autres. – Concrètement, en tant qu’internaute, vous êtes en train de lire un texte ; vous trouvez une citation ; vous cliquez sur le texte de la citation et vous vous retrouvez sur la page du texte original d’où a été tirée cette citation (grâce à l’hyperlien). Vous découvrez ainsi la manière dont l’auteur a travaillé ; et comment tous se reprenaient les uns les autres pour se contredire ou pour renforcer leur propre pensée (telle est l’intertextualité médiévale).

 

 

IV. Notre pratique

Notre groupe de recherche voulait répondre à une double question :

Comment permettre au débutant de profiter du travail du spécialiste ?

Comment soumettre l’outil informatique au texte médiéval ?

La première est une question éthique : nous souhaitons transmettre au plus grand nombre ce que nous avons appris du Moyen Age. La seconde est une question épistémologique. Le philosophe français, Gaston Bachelard, nous a appris que l’outil technique n’est pas neutre, que l’outil n’est pas le simple prolongement de nos sens, mais est déjà une théorie qui définit notre rapport au monde. Il nous fallait donc savoir user de cet outil sans trahir le texte médiéval.

Notre groupe a apporté une unique réponse à cette double question. Ce qui, je crois, a définitivement introduit la simplicité d’écriture et de lecture de notre site.

 

Je commence par la seconde question : comment soumettre l’outil au texte ? la solution se trouve chez les médiévaux eux-mêmes.

Prenons l’exemple du maître d’œuvre d’une cathédrale. Regardez ces plans ; vous n’avez pas de vue de dessus, comme le font les architectes d’aujourd’hui. Le maître d’œuvre médiéval établit ses plans de l’intérieur du bâtiment, et les développe de la même façon. Il se situe donc de la même manière que celui qui, plus tard, viendra assister aux offices célébrés dans cette cathédrale. C’est de ce centre là qu’il faut « comprendre » la cathédrale. De même, les mesures qu’il utilise sont liées au corps humain (la paume, la coudée, etc.). C’est donc bien à partir d’un corps humain présent à l’intérieur de la (future) cathédrale que celle-ci doit se construire. Il en est de même pour les Sentences et les commentaires. Tout comme celui qui assiste à l’office à la cathédrale retrouve la place du maître d’œuvre, le lecteur doit pouvoir reprendre la place de l’auteur, lorsqu’il lit les Sentences ou les commentaires. Et la mémoire doit être la mesure humaine dont use le lecteur comme l’avait fait l’auteur.

Voici notre réponse : nous devons regagner la place de l’auteur. Nous le faisons en retrouvant les matériaux dont il a usé pour composer son œuvre. Ce principe s’applique tout particulièrement à ce genre de textes, où la plus grande partie est la reprise d’œuvres antérieures, d’extraits sélectionnés, de citations. C’est pourquoi la « citation » est le lieu où vont effectivement se rencontrer l’hyperlien informatique et l’intertextualité médiévale. C’est ainsi que l’hyperlien informatique, qui reliera toutes ces œuvres entre elles, a été pensé et voulu pour notre site, en conformité avec l’intertextualité des textes médiévaux eux-mêmes. Notre site qui se base sur la « citation », montre que ce genre de textes se construit effectivement autour de la « citation », dans son écriture comme dans sa lecture, dans son écriture d’hier, comme dans sa lecture d’aujourd’hui.

D’où la réponse à la première question : Tout étudiant, par conséquent, et pas seulement le spécialiste, pourra grâce à l’hyperlien informatique, retrouver l’intertextualité médiévale. En faisant l’un (suivre l’hyperlien), ce que chacun peut faire ; il fera l’autre, ce que le spécialiste lui aura préparé (l’intertextualité) dans ce site. Un tel site sera donc ouvert à tous.

 

Conclusion: pour conclure, j’invite chacun de vous, selon son centre d’intérêt ou son auteur de prédilection, de venir nous rejoindre de façon à promouvoir par son expertise son auteur de prédilection.