Les commentaires des Sentences de Jean Duns Scot : problèmes critiques et questions éditoriales.

LES COMMENTAIRES DES SENTENCES DE JEAN DUNS SCOT

François Loiret (14 avril 2016)

Premier livre des Sentences.        

Huit textes :

1 Ordinatio I. Edition critique, 1950-1973, 6 volumes, TI-VI.

2 Lectura in I Sententiarum. Edition critique, 1960-1976, 2 volumes, TXVI-XVII.

3 Reportatio I A dite « Reportatio examinata ». Edition non critique, Saint Bonaventure, 2006.

4 Reportatio I B. Edition de Paris, 1517.

5 Reportatio I C. Reportatio Cantabriengesis. Non édité.

6 Reportatio I D. Non édité.

7 Reportatio I E. Non édité.

8 Additiones magnae in I Sententiarum. Editées par Wadding puis Vivès, T XXII de l’édition Vivès.

 

Second livre des Sentences.

4 textes.

1 Ordinatio II. Edition critique, 1973-2001, 2 volumes, T VII-VIII.

2 Lectura in II Sententiarum. Edition critique, 1982-1993, T XVIII-XIX.

3 Reportatio in II Sententiarum. Reportatio II B. Editée par Wadding puis Vivès, T XXII-XXIII de l’édition Vivès.

4 Additiones in II Sententiarum. Non édité.

 

Troisième livre des Sentences.

6 Textes.

1 Ordinatio III. Edition critique, 2006-2007, 2 volumes, T IX-X.

2 Lectura in III Sententiarum. Edition critique, 2003-2004, 2 volumes, T XX-XXI.

4 Reportatio III A. Editée par Wadding et Vivès, T XXIII de l’édition Vivès.

5 Reportatio III B. Non édité.

6 Reportatio III C. Non éditée.

7 Reportatio III D. Non éditée.

 

Quatrième livre des Sentences.

3 textes.

1 Ordinatio IV. Edition critique, 2008-2011, 3 volumes, T XI-XIII.

2 Reportatio IV A. Editée par Wadding puis Vivès, T XXIII-XXIV de l’édition Vivès. Edition 2016, Saint Bonaventure.

3 Reportatio IV B. Edition de Paris, 1518.

 

I Les trois versions du Commentaires des Sentences.

Il existe trois versions du commentaire des Sentences de Jean Duns Scot, nommées Lectura, Ordinatio, Reportata. La Lectura correspond aux notes de cours du professeur, l’Ordinatio à un texte revu, dicté voire écrit par Duns Scot à des fins de publication. Il s’agit selon les éditeurs de l’édition critique d’un « textum ab ipsomet Duns Scoto scriptum vel dictatum et ad divanguldum praeparatum » (I, p.143). Les Reportata correspondent à des notes de cours d’étudiants. Toutefois, la situation est plus complexe puisqu’il faut tenir compte de deux ensembles de textes, d’une part les Additiones magnae et d’autre part la Reportatio I A. Les Additiones magnae sont des textes recueillis par Guillaume d’Alnwick, alors étudiant et secrétaire de Duns Scot, à partir de cours d’Oxford et de Paris, et principalement des cours de Paris. Elles auraient même été dictéés par Duns Scot selon certains commentateurs, ce qui en assurerait la fiabilité contre l’avis de la commission scotiste. Ces Additiones magnae ont servi à compléter l’Ordinatio là où il était incomplet. La Reportatio I A dite Reportatio examinata est un texte revu par Duns Scot lui-même comme en atteste le manuscrit de Vienne qui dit :

« Explicit Reportatio super primum Sententiarum sub magistro Ioanne Scoto et examinata cum eodem venerando doctore » (Ms. Vienne, cod. Lat. 1453).

La Lectura couvre les cours donnés par Duns Scot à Oxford. Les Reportata couvrent les cours donnés par Duns Scot à Paris et sont donc plus tardives. Il existe néanmoins une Reportatio du livre I qui couvrirait un cours donné à Cambridge, cours plus tardif que les cours oxfordiens et que certains cours parisiens. Quant au texte de la Lectura III édité dans l’édition critique, il est postérieur aux premiers cours parisiens et correspondrait à un cours donné à Oxford après l’exil parisien. Dans la question V du livre III, Duns Scot écrit en effet : « Dixi Parisius… » (V 14, p.161, T XX).

II Les cours de Duns Scot sur les Sentences.

Selon les données dont nous disposons, Duns Scot aurait plusieurs fois fait cours sur les Sentences. Son premier cours sur les Sentences a eu lieu à Oxford probablement en 1298-1299, quoique les éditeurs de l’édition critique penchent pour l’année 1300-1301. Il s’agit de la Lectura oxoniensi publiée dans l’édition critique sous le nom de Lectura. Ce cours n’a été découvert qu’au début du XXème siècle. Les textes découverts ne correspondent qu’au commentaire des trois premiers livres des Sentences. Il n’existe donc que Lectura I, Lectura II, Lectura III. Aussi selon certains historiens, Duns Scot n’aurait jamais commenté le livre IV des Sentences à Oxford alors que Wolter pense que le commentaire du livre IV a été détruit au XVIIe siècle.

Le second cours sur les Sentences a eu lieu à Paris en l’année 1302-1303. Il a été interrompu par l’expulsion de Duns Scot suite aux affrontements entre le roi Philippe IV le Bel et Boniface VIII. Sur un document de Juin 1303 découvert et publié en 1928 qui comporte la liste des Franciscains qui refusèrent de signer l’appel au concile lancé par le roi de France contre Boniface VIII figure le nom de Duns Scot. En juin 1303, Duns Scot est donc contraint de quitter Paris. On suppose qu’il a regagné l’Angleterre où il aurait enseigné soit à Oxford, soit à Cambridge, soit même dans les deux universités. Dans cette année académique 1302-1303, Duns Scot aurait commenté les trois premiers livres des Sentences et aurait commencé le commentaire du livre IV.

Le troisième cours sur les Sentences débute à Paris au retour d’exil en avril 1304 et continue pendant l’année académique 1304-1305. On suppose que Duns Scot aurait commenté le quatrième livre des Sentences à partir d’avril 1304 et qu’il aurait ensuite commenté les livres I, II, III, et même IV pendant l’année académique 1304-1305.

Ces cours des années parisiennes 1302-1303 et 1304-1305, à savoir la Lectura parisiensi, ne nous sont connus que sous forme de reportationes. Ils correspondent aux Reportata. Wadding a édité les Reportata II B, III A et IV A.

Toutefois entre juin 1303 et avril 1304, Duns Scot a encore commenté les Sentences à Oxford ou à Cambridge ou les deux à la fois, présume-t-on. Encore que des historiens prétendent qu’il aurait été à Cambridge en 1301-1302 et non en 1303 ou en 1304. Selon Vos, Duns Scot aurait commenté le livre III des Sentences à Oxford en 1303, c’est la Lectura completa qui est dans l’édition critique et il aurait ensuite commenté le livre I à Cambridge en 1304, ce serait la Reportatio de Cambridge, inédite elle aussi.

 

On obtient donc la situation suivante :

– Pour le premier livre des Sentences, nous avons

Un cours d’Oxford de 1298-1299. La Lectura I.

Un cours d’Oxford revu à partir de 1300. L’Ordinatio I.

Un cours de Paris de 1302.

Un cours de Cambridge de 1303 ou 1304. La Reportatio I C.

Un second cours parisien de 1304.

– Pour le second livre des Sentences, nous avons

Un cours d’Oxford de 1298-1299 : Lectura II.

Un cours d’Oxford revu à partir de 1300 : Ordinatio II.

Un cours parisien de 1302.

Un second cours parisien de 1304.

– Pour le troisième livre des Sentences, nous avons

Un cours d’Oxford de 1298-1299.

Un cours d’Oxford revu à partir de 1304 : Ordinatio III.

Un cours parisien de 1303.

Un second cours d’Oxford de 1303 ou 1304. La Lectura completa. Lectura III.

Un second cours parisien de 1305.

– Pour le quatrième livre des Sentences, nous avons

Un cours revu à partir de 1304 : Ordinatio IV.

Un cours parisien de 1303 incomplet.

Un second cours parisien de 1304.

Un troisième cours parisien de 1305.

La Lectura I et II de l’édition critique correspond donc aux cours tenus à Oxford avant 1302, les Reportata correspondent aux cours tenus à Paris de 1302 à 1305. La Lectura III correspond à un cours tenu à Oxforf en 1303-1304. Qu’en est-il de l’Ordinatio publiée dans l’édition critique ?

L’Ordinatio est un texte revu, voire écrit ou dicté par Duns Scot à partir des cours d’Oxford. La révision commence en 1300, mais elle s’étend au moins jusqu’à 1305 et n’a jamais été achevée par Duns Scot. A Paris, entouré d’assistants et de secrétaires qui écrivent sous sa dictée, Duns Scot aurait poursuivi la rédaction de l’Ordinatio. On suppose qu’en 1302 il aurait revu les textes de la Lectura I et II. Cette révision s’est sans doute poursuivie jusqu’en 1304 au moins. Toutefois le texte de l’Ordinatio ne comprend pas seulement celui de la Lectura revu et corrigé, il comprend aussi des éléments issus des cours parisiens sous la forme de textes interpolés et d’additions. La rédaction de l’Ordinatio utilisait donc les cours d’Oxford et ceux de Paris. Pour la préparation de l’édition publique, Duns Scot n’a pas seulement puisé dans les cours d’Oxford, mais aussi dans les cours parisiens. Il reste que les textes édités depuis 1950 ne sont pas des commentaires complets des Sentences, mais des commentaires incomplets.

 

III L’incomplétude de la Lectura et de l’Ordinatio.

La Lectura I et II, de même que l’Ordinatio I et II sont incomplets. Par contre les Reportata II, III et IV éditées par Vivès, qui correspondent à Reportatio II B, Reportatio III A et Reportatio IV A, sont complètes.

Dans la Lectura I manque les distinctions 24, 25, et 38. Dans la Lectura II manquent les distinctions 8, 16 et 17.

Dans l’Ordinatio I manque la distinction 18. Dans l’Ordinatio II manquent la distinction 12 et les distinctions 15 à 25. L’Ordinatio I comporte cependant les distinctions 24, 25 et 38 qui manquent dans la Lectura et l’Ordinatio II comporte la distinction 8 qui manque dans la Lectura.

On remarquera que les distinctions 16 et 17 du livre II ne se trouvent ni dans la Lectura ni dans l’Ordinatio, mais se trouvent dans la Reportatio II B éditée par Vivès.

La distinction 18 de I Sentences porte sur l’Esprit saint. Son intitulé dans la Lectura I est le suivant : Utrum donum dicat proprietatem constitutivam spiritus sancti ?

Les distinctions 24 et 25 de I Sentences portent sur la Trinité. Leur intitulé dans l’Ordinatio est le suivant : d.24, Utrum in divinis sit proprie numerus ? ; d.25, Utrum persona in divinis dicat substantiam vel relationem ?

La distinction 38 de I Sentences porte sur le statut de la science divine et a pour intitulé dans l’Ordinatio I : Utrum scientia Dei respectu factibilium sit practica ?

La distinction 8 de II Sentences porte sur l’ange et a pour intitulé en Ordinatio II : Utrum angelus possit assumere corpus in quo exerceat opera vitae ?

La distinction 12 de II Sentences porte sur la matière et a pour intitulé dans Lectura II : Utrum in substantia generabili et corruptibili sit aliqua entitas positiva distincta a forma quae dicatur esse materia ?

Les distinctions 16 et 17 de II Sentences portent sur la création de l’homme et de l’âme ont pour intitulé dans la Reportatio II B éditée par Vivès : d.16, Utrum imago Trinitatis consistat in tribus potentiis animae distinctis ? ; d.17, Utrum anima Adae fuit creata in corpore ?

Le texte édité par Vivès sous le nom d’Opus oxoniense ne comporte pas de lacunes, mais là où font défaut les textes dans l’Ordinatio, le manque est complété par des textes tirés des cours parisiens, voire par un texte fabriqué à partir des cours d’Oxford et de Paris. Le cas emblématique en est II d.25. A partir de là se posent des problèmes d’interprétation puisque sur la base de Opus oxoniense II d.25, les commentateurs du XXème siècle ont allégué pendant longtemps que Duns Scot avait soutenu que la volonté est la cause totale de son acte. Ils n’ont pas tenu compte des commentaires plus anciens édités par Vivès puisque Hugh Mac Caghwell (Cavelus) écrit au XVIIème siècle en référence à Opus oxoniense II d.25 :

« Hic Doctor vult expresse quo nihil aliud a voluntate sit causa totalis ipsius volitionis, sed non negat expresse quin aliquid aliud possit esse causa partialis : et probat quod voluntas est causa volitionis saltem partialis ».

Cavelus savait faire la différence entre dire « Rien d’autre que la volonté est la cause totale de la volition » et dire « La volonté est la cause totale de la volition ». La première phrase exclut que l’objet, le phantasme ou l’intellect puisse être cause totale de la volition, mais elle n’affirme pas que la volonté est la cause totale de la volition. Sans le secours d’une édition critique, les commentateurs du XVIème et du XVIIème siècle savaient faire preuve de sagacité et de discernement, ce qui n’a pas été toujours le cas des commentateurs plus récents voire les plus récents disposant d’une édition critique partielle. Aussi ne faut-il pas attendre des miracles des éditions critiques d’autant plus que le texte qu’elles établissent à partir de plusieurs sources n’est qu’une reconstitution sujette à caution.

 

IV La question de la datation des versions.

Vu les très maigres données dont nous disposons sur la carrière académique de Duns Scot, il n’est pas du tout facile de dater les versions du Commentaire des Sentences et encore moins de déceler une évolution de la pensée du Docteur subtil. Au fond, nous ne sommes historiquement sûr que de quatre choses concernant cette carrière académique, à savoir que Duns Scot commença à commenter les Sentences à Paris en 1302, qu’il fut expulsé de Paris en juin 1303, qu’il y retourna en avril 1304 et qu’il accéda au titre de magister en 1305. En raison de ces maigres données, nous ne pouvons que dater de manière très approximative les versions du Commentaire des Sentences édités dans l’édition critique. Nous obtenons donc la situation suivante :

Lectura I et II sont antérieurs à 1302.

Lectura III date de la période d’exil, soit 1303-1304.

Ordinatio I-IV s’étend de 1300 à 1305. Duns Scot aurait revu le prologue dès l’été 1300, poursuivi la révision de Ordinatio I et II de 1300 à 1302. Toutefois la révision de l’ensemble du texte s’étendrait jusqu’à 1305.

Pour ce qui est des reportationes des cours parisiens, la situation n’est pas plus enviable puisque ces cours s’étendent de 1302 à 1305 pour les livres I et III des Sentences, et de 1304 à 1305 pour le livre IV.

La situation est d’autant plus complexe qu’il n’existe pas d’unanimité sur la datation des cours. Selon la commission scotiste, Duns Scot n’aurait commenté que les livres I et II à Oxford, et il aurait commenté en 1300-1301. La plus grande partie des historiens suppose aujourd’hui que les commentaires d’Oxford sont de 1298-1299 ou 1298-1300, mais certains soutiennent qu’il aurait commenté les livres I à III, alors que selon Wolter et ceux qui le suivent, il aurait commenté les livres I à IV. Pour ce qui est des cours parisiens, des désaccords apparaissent aussi puisque selon la commission, Duns Scot aurait commenté les livres I et IV en 1302-1303 alors que pour d’autres, il aurait commenté les livres I à III et aurait commencé le commentaire du livre IV. Pour la période qui débute en avril 1304 et s’étend sur l’année académique 1304-1305, certains pensent que Duns Scot n’aurait commenté que les livres I à III après avoir commenté le livre IV et d’autres présument qu’il aurait commenté les livres I à IV après avoir achevé le commentaire du livre IV.

A partir de là se pose ouvertement la question de la datation des cours parisiens. Avons-nous affaire à des cours antérieurs ou postérieurs à 1304 ? Selon Balic, les Reportationes I et IV dateraient de 1302-1303, selon Brampton, suivi par Wolter, les Reportationes I, II et III, dateraient de 1302-1303. Selon la version Balic, Reportata I serait de 1302, Reportata II et III de 1304, Reportata IV serait de 1304. Selon la version Brampton, Reportata I, II, et III seraient de 1302-1303, Reportata IV serait de 1304. La seule chose assez plausible serait la suivante : Reportata I 1302 et 1304, Reportata II, 1302 et 1304, Reportata III, 1303 et 1305, Reportata IV, 1304 et 1305. Entre Reportata III 1303 et Reportata III 1305, il faudrait insérer Lectura III. S’il existe bien une Reportata I revue par Duns Scot et nommée Reportata examinata, encore faut-il s’assurer du moment de la révision. Aussi l’argument de la datation utilisé par des commentateurs laisse-t-il en tant que tel très souvent à désirer et ne doit pas l’emporter sur la lecture des textes.

Il n’est donc pas du tout évident de prétendre déceler une évolution de la lecture des Sentences de Duns Scot, et cela l’est encore moins pour les livres III et IV du commentaire des Sentences que pour le livre I et secondairement pour le livre II. Il faut donc tenir compte non seulement du commentaire des Sentences, mais aussi de toutes les autres œuvres dont la datation peut aussi poser problème.